Bernard Le Coq dans un téléfilm qui aborde la maladie d'Alzheimer

Bernard Le Coq dans un téléfilm qui aborde la maladie d'Alzheimer©Giancarlo Gorassini, BestImage

, publié le 4 octobre

Le 4 octobre 2019, Arte diffusera à 20h55 le téléfilm "La Fin de l'été" dans lequel Bernard Le Coq incarne un grand-père qui accueille ses petits-enfants pour les vacances et qui doit aussi faire face à la maladie d'Alzheimer dont son épouse est atteinte.

Après la fin d'"Une famille formidable", celui qui a incarné Jacques Chirac à deux reprises est de retour à la télévision ce 4 octobre avec "La Fin de l'été". Et c'est notamment d'un sujet qui sera bientôt au centre d'un autre téléfilm, "Le Premier oublié", que son nouveau projet traite : la maladie d'Alzheimer.

Interrogé par TV Magazine à propos de l'importance d'évoquer cette maladie dans les fictions, Bernard Le Coq a indiqué : "On peut faire des documentaires, bien sûr. Mais, quand on raconte une histoire, j'aime que l'on plonge dans le réel, le quotidien, que l'on soit emporté par le désir de raconter quelque chose de touchant pour éclairer les gens sur l'existence."

"Ça reste lumineux"

Et l'acteur d'ajouter que la réalisatrice de "La Fin de l'été", Hélène Angel, a tenu à traiter ce sujet "avec légèreté et douceur", avant de louer le talent de sa partenaire à l'écran : "Christiane (Millet, ndlr) joue ce personnage avec une candeur et une fantaisie merveilleuses. Elle n'est pas encore entrée dans les phases les plus sombres, douloureuses de la maladie. Ça reste lumineux."

Par ailleurs, le comédien de 69 ans a profité de l'entretien pour affirmer son désir de continuer à jouer la comédie le plus longtemps possible. "Le plaisir reste entier. Nous sommes l'instrument. Avec l'âge nous acquérons de l'expérience, il y a toujours matière à vivre et à raconter des choses nouvelles. Ça me rend optimiste. La découverte est sans limite jusqu'à la fin - si l'on a la chance d'éviter la maladie", a-t-il ainsi confié.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.