Benoît Magimel transformé physiquement pour De son vivant : "ça me faisait peur"

Benoît Magimel transformé physiquement pour De son vivant : "ça me faisait peur"

, publié le 30 novembre

Depuis le 24 novembre 2021, Benoît Magimel est à l'affiche du film d'Emmanuelle Bercot, "De son vivant". Le comédien s'est confié sur sa transformation extrême pour le long-métrage.

Pour incarner un personnage, certains acteurs sont prêts à tout. Dans le long-métrage "De son vivant", réalisé par Emmanuelle Bercot, Benoît Magimel endosse le rôle de Benjamin, un homme atteint d'un cancer incurable qui le tue à petit feu. Au-delà de la maladie, l'acteur qui joue aux côtés de Catherine Deneuve, met en lumière la force de cet homme, qui - professeur de théâtre - veut donner une nouvelle vision de la mort. Inspiré par le courage de son personnage, l'acteur s'est imposé une transformation physique impressionnante.

Benoît Magimel a perdu 25 kilos

"J'ai dû enchaîner trois régimes successifs, car le tournage a été arrêté deux fois, ce qui a été périlleux. Ces trois régimes ont rythmé complètement ma vie : repas, récupération, entraînement. Je passais mon temps à faire mes courses, préparer mes plats, mes encas... Je suis arrivé à perdre ces 25 kilos en trois mois et demi avec l'aide de ma famille, car c'était devenu une obsession : toutes mes conversations tournaient autour de ça", a-t-il expliqué au journal L'Équipe, samedi 27 novembre.

Mais le tournage du film a été interrompu plusieurs fois, ce qui contraint Benoît Magimel à reperdre du poids avant chaque reprise : "Le tournage s'arrête début décembre, évidemment je me fais plaisir pendant les fêtes, donc je reprends tout mon poids. Et là, on m'annonce que le film reprend en mars ! Me revoilà à 95 kilos." Fatigué moralement, il perd à nouveau une "vingtaine de kilos" et va jusqu'à se faire retirer "quelques dents sur pivot", pour être en accord avec son personnage. Avec cette métamorphose, Benoît Magimel n'est plus, il est Benjamin : "Voir ma tête amaigrie dans le miroir, ça me faisait peur."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.