Au cinéma, l'ex-Miss Sonia Rolland a eu du mal à être prise au sérieux

Au cinéma, l'ex-Miss Sonia Rolland a eu du mal à être prise au sérieux©Pierre Perusseau, BestImage

Solène Filly, publié le 18 mai

Récompensée cette année à Cannes en tant que réalisatrice pour son documentaire "Femmes du Rwanda", Sonia Rolland a évoqué les difficultés qu'elle a connues en tant que femme, métisse et Miss France pour devenir actrice et réalisatrice.

C'est lors d'un entretien pour le magazine Gala que l'ancienne Miss France est revenue sur le chemin qu'elle a parcouru depuis son élection en 2000. Coauteure du livre "Noire n'est pas mon métier", Sonia Rolland a participé à la montée des marches cannoise du 16 mai avec 15 autres actrices, pour dénoncer le problème de sous-représentation des femmes noires dans le cinéma. Celle qui en a marre de ne se voir offrir que des rôles de "belle femme sans humour" a pris les choses en main en se lançant dans la réalisation. Elle vient même de recevoir le prix du meilleur documentaire pour "Femmes du Rwanda", film qui dresse le portrait de celles qui oeuvrent à la reconstruction du pays.

"Passer de Miss France à actrice, ça a été compliqué"

Mais sa couronne de Miss France, elle la doit presque au hasard. "Je me suis présentée, parce que je me suis dit, 'Est-ce que ça peut m'ouvrir des portes ? Est-ce que je vais pouvoir toucher enfin à ce monde qui a l'air si inaccessible du cinéma ?'", a-t-elle confié à Gala. Ce couronnement lui a effectivement ouvert des portes, mais elles n'ont quand même pas été faciles à ouvrir : "Passer d'actrice à réalisatrice, en étant encore associée à Miss France... C'est très compliqué !"

Une difficulté renforcée par son identité : "Le fait d'être métisse. Ça a toujours été compliqué de se situer, de savoir exactement où était ma place. Puis en même temps je me suis dit : au lieu de larmoyer sur mon sort d'actrice incomprise, je vais écrire mes rôles, je vais écrire des films."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.