American Beauty : Alan Ball estime que Kevin Spacey "entache" le film culte

American Beauty : Alan Ball estime que Kevin Spacey "entache" le film culte©Dreamworks, DR

, publié le 4 décembre

"American Beauty", réussite technique et commerciale, donne le premier rôle à Kevin Spacey, depuis accusé de nombreuses agressions par plusieurs jeunes hommes. Mercredi 2 décembre 2020, le scénariste Alan Ball a expliqué à IndieWire pourquoi l'acteur est un problème pour l'image du film.

À sa sortie, en octobre 1999 pour les États-Unis et en février 2000 pour la France, le premier film de Sam Mendes a fait l'effet d'une bombe médiatique. Ce long-métrage, qui est l'incarnation même du proverbe "les apparences sont trompeuses" dans toute sa subtilité, raconte la vie bourgeoise des Burnham. Le père de famille, Lester, est considéré comme un moins que rien par son entourage et ses collègues. Ce "looser", qui acquiesce sans jamais rien redire, est interprété par Kevin Spacey ("Seven", "Usual Suspects"). L'apparition d'Angela Hayes, jolie blonde leader des pom-pom girls et meilleure amie de sa fille Jane, est un électrochoc dans l'existence de cet homme. Cette Lolita devient un objet de désir passionnel. Depuis 2017, celui qui a obtenu l'Oscar du meilleur acteur pour cette performance est accusé de harcèlement sexuel et d'agressions. Alors que le comédien est toujours poursuivi par des plaignants, le scénariste primé Alan Ball évoque la tache noire qu'il laisse sur l'oeuvre.

"Je me demande si ce film serait fait maintenant"

"Je me sens vraiment triste à cause de ce qui s'est passé avec Kevin, il a laissé en quelque sorte sa marque sur le film. D'autant plus que le personnage qu'il a joué dans le film est quelqu'un qui convoite une jeune fille de 17 ans. Je me demande si ce film serait fait maintenant", a-t-il déploré. De son côté l'actrice Thora Birch (la fille Burnham) s'était déjà exprimée sur la situation en 2019 auprès du Hollywood Reporter : "Vous ne pouvez pas vous empêcher de vous dire : 'Super, maintenant ça impacte le film'. Mais non, ce n'est pas le film qui devrait en pâtir. Qui est à blâmer ? C'est Kevin. Ça n'a rien à voir avec 'American Beauty'."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.