3 scènes mythiques de feu d'artifice au cinéma

3 scènes mythiques de feu d'artifice au cinéma©Christian Fechner / Gaumont, DR

, publié le 14 juillet

De la célébration du premier "Seigneur des Anneaux" aux pétards numériques de "Mulan", des contre-plongées nerveuses dans "Brokeback Mountain" et "Blow Out" mettant les héros Heath Ledger et John Travolta au premier plan du spectacle pyrotechnique, aux baisers de Grace Kelly et Cary Grant dans "La Main au collet"... Les séquences mémorables d'explosion de couleurs dans les cieux du Septième Art sont nombreuses ! Trois scènes merveilleuses de feu d'artifice à voir sans modération.

"Les Amants du Pont-Neuf" de Leos Carax

Le feu d'artifice de Leos Carax n'a aucun égal dans l'histoire du cinéma. Avec son projet qualifié d'ambitieux, que d'autres estiment fou, l'enfant terrible du cinéma français scandalise l'opinion publique. La romance entre ces attachants sans-abris nécessite trois ans de production périlleuse, un budget pulvérisé qui bat des records et huit hectares de décors pour reconstituer le Pont-Neuf et ses environs près de Montpellier. Le résultat somptueux en ferait presque oublier cette épopée ! Depuis leur vue privilégiée, Michèle (Juliette Binoch) et Alex (Denis Lavant) profitent des festivités du 14 Juillet. Le duo insouciant s'amuse, improvisant presque une danse contemporaine sur des musiques endiablées, tandis que l'arrière-plan offre le plus impressionnant des feux visibles sur écran.

"Rencontre avec Joe Black" (1998) de Martin Brest

Un jour comme un autre, l'existence de l'intouchable milliardaire Bill Parrish est fragilisée par l'arrivée d'un mystérieux jeune homme. Joe Black est la personnification de la mort et apparaît pour remplir une énième mission. La grande faucheuse propose de prolonger l'échéance mais, en échange, le vieux père de famille lui montre un peu de la vie humaine. Tête-à-tête culte entre Anthony Hopkins et Brad Pitt, le long-métrage se conclut par une époustouflante et émouvante scène finale pyrotechnique de plusieurs minutes.

"V pour Vendetta" (2006) de James McTeigue

L'énigmatique V a un penchant tout particulier pour le sensationnel, la démesure. L'homme au masque de Guy Fawkes et aux longs vêtements noirs s'adonne à des spectacles des plus originaux avec, comme fond sonore, l'Ouverture solennelle de 1812 de Tchaïkovski. Des artifices sont placés dans des bâtiments. L'homme appuie sur le détonateur, tout saute et le ciel s'illumine de divers coloris. Une manière de s'assurer que ses actes revendicateurs ne passeront en rien inaperçus ! Cerise sur le gâteau, le film termine littéralement avec un beau bouquet final.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.