Valérie Donzelli : "Marguerite et Julien sont des rock stars"

Valérie Donzelli : "Marguerite et Julien sont des rock stars"©DR
A lire aussi

Pauline Julien, publié le 2 décembre

Après avoir reçu un accueil plus que glacial sur la Croisette en mai dernier, Marguerite & Julien de Valérie Donzelli avec Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm débarque en salles cette semaine. On y suit l'histoire de Julien et Marguerite de Ravalet, fils et fille du Seigneur de Tourlaville, qui s'aiment d'un amour tendre depuis leur enfance. Mais en grandissant, leur tendresse se mue en passion dévorante. Leur aventure scandalise la société qui les pourchasse et les contraint à fuir. Nous avons eu l'occasion de découvrir le film en avant-première en présence de sa réalisatrice, qui a accepté de revenir sur la genèse de son projet.

Tout commence lorsqu'elle reçoit en cadeau le livre du scénario de Jean Gruault intitulé L'histoire de Julien et Marguerite. "Après Main dans la main, j'avais envie de faire un film qui ne soit pas forcément inspiré de ma vie", explique celle qui avoue avoir été séduite par "la véracité de l'hisoire. Je n'aurais pas osé écrire de manière totalement imaginaire une histoire d'amour entre un frère et une soeur. Le fait que ce soit vrai au départ, que ce soit un fait divers du XVIème siècle, était un socle suffisamment stable pour que j'ose l'exploiter. Et puis j'avais envie de parler de grands sentiments, de quelque chose de romanesque, et je trouvais que la manière dont Jean Gruault avait traité l'histoire de Marguerite et Julien dans son scénario pouvait être un matériau intéressant pour faire une adaptation qui répondrait à ce désir là".

Quant à la forme atypique du long-métrage, entre film d'époque et conte moderne, elle raconte : "Je n'avais pas envie d'être dans la reconstitution historique parce que je pense qu'il y a des gens qui savent mieux le faire que moi. Et puis le retransposer aujourd'hui, c'était compliqué (...). J'avais l'impression que la vraie solution, c'était plutôt de s'intéresser à la légende de Marguerite et Julien, parce qu'en lisant les choses qui avaient été écrites sur eux, je me suis aperçue qu'il y avait différentes versions de l'histoire et que c'était presque devenu une légende". Une approche déterminante dans la manière de raconter l'histoire à proprement parler, qui a notamment induit la scène d'ouverture du film, où des jeunes filles d'un orphelinat s'interrogent sur le mythe des amants maudits : "On se disait que Marguerite et Julien étaient un peu comme des rock stars, des gens sur qui on fantasme. Donc il fallait qu'on puisse avoir d'emblée cette idée de héros modernes, de gens traqués, et on pensait avec Jeremie (Elkaïm, ndlr) que c'était bien de parler d'eux dès le début comme d'une rumeur".

Toujours sur la forme hybride du film, elle confie : "J'avais envie de faire un film qui soit sensoriel, qui m'autorise des libertés, qui soit un peu différent. Un peu comme l'amour de Marguerite et Julien". Elle poursuit : "On ne peut pas vraiment s'identifier à cette histoire d'amour. Et j'ai l'impression que ce qui m'a poussé à faire un film qui se déroule dans un passé imaginaire, c'est aussi pour créer une perte de repères, qui serait, d'un point de vue formel, une sorte d'équivalent de l'histoire qui nous est racontée".

Valérie Donzelli précise également qu'elle a tenu à mettre en avant le personnage féminin, contrairement au scénario d'origine de Jean Gruault : "J'ai vu en Marguerite la possibilité de mettre en scène un personnage de femme moderne, de femme qui se bat pour son amour et pour son désir". De manière plus générale, la cinéaste revient enfin sur la question de l'inceste, dont elle estime à juste titre s'être assez facilement détachée, se concentrant davantage à traiter d'un sujet bien plus vaste que cette délicate thématique : "Ce qui m'intéressait dans l'histoire, ce n'était pas tellement la question de l'inceste comme thème sulfureux, mais plutôt la question de la différence. Qu'est-ce que c'est que de vivre en ayant un amour qui est différent de ce qui est considéré comme un amour normal ? De vivre avec un amour qui est interdit, et de braver cet interdit, quitte à en mourir ? L'amour est traité comme étant à la fois la maladie et le remède, et je crois que c'est un peu comme ça dans la vie".

Marguerite & Julien est actuellement à l'affiche.

 
0 commentaire - Valérie Donzelli : "Marguerite et Julien sont des rock stars"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]