The Immigrant : "Mon film le plus ambitieux", selon James Gray

The Immigrant : "Mon film le plus ambitieux", selon James Gray

The Immigrant

A lire aussi

publié le 26 novembre

Un réalisateur de renom, un scénario prometteur et un casting "bankable" : The Immigrant, le dernier long métrage de James Gray présenté en sélection officielle en mai dernier à Cannes, s'avérait, sur le papier, des plus enthousiasmants.

Le film se déroule en 1921 et narre l'histoire d'Ewa, une Polonaise ayant quitté son pays pour la terre promise, New York. Mais le rêve américain tourne au cauchemar. En route vers Ellis Island à bord d'un bateau, elle se voit obligée de vendre son corps et, une fois arrivée à bon port, se doit de garder le silence sous peine de se voir refuser ses papiers d'immigrantes. Peu à peu, elle tombe sous l'influence d'un vaurien new-yorkais mais sa rencontre avec un magicien va tout changer.

Dans ce cinquième film, James Gray offre, comme toujours, un rôle à la mesure du talent de Joaquin Phoenix , son acteur fétiche, dont l'émouvante interprétation se caractérise par un mélange de justesse et de folie. Par ailleurs, il met également en scène Marion Cotillard, véritable star internationale depuis son Oscar pour La Môme. Leur couple - aussi charismatique que talentueux - donne ainsi toute son envergure et sa profondeur au film. 

Depuis ses débuts, le cinéaste compte parmi les auteurs US les plus appréciés des Français. "Les Français ont souvent mieux compris les artistes américains que les Américains eux-mêmes", confie-il dans le cadre d'une interview accordée à nos confrères de Première. Et après trois œuvres devenues cultes, The Yards, La Nuit Nous appartient et Two Lovers, il signe ici un grand film romanesque tel qu'il l'a toujours souhaité : "C'est le plus ambitieux, le mieux réalisé et, je l'espère, le plus émouvant. C'est celui qui correspond à mes ambitions initiales". Si les critiques se révèlent plutôt mitigées à l'égard de The Immigrant, l'homme affirme toutefois ne pas en tenir compte, n'hésitant pas à se comparer à certains mythes du cinéma américain : "J'ai bonne mémoire, je me souviens de la façon dont la plupart de mes films préférés ont été accueillis à leur sortie. Raging Bull, Apocalypse Now... Ils avaient été descendus en flammes". The Immigrant sort ce mercredi dans toute la France, l'occasion pour les spectateurs de se faire leurs propres avis. 

 
0 commentaire - The Immigrant : "Mon film le plus ambitieux", selon James Gray
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]