Secrets de tournage : Hippocrate

Secrets de tournage : Hippocrate

Hippocrate

A lire aussi

publié le 6 septembre

Présenté en clôture de la Semaine de la Critique en mai dernier à Cannes, Hippocrate offre à Vincent Lacoste un rôle fort à tendance dramatique, loin des personnages joyeusement décalés auxquels il est habitué. À l'occasion de sa sortie en salles ce mercredi, retour sur trois secrets de tournage de l'un des films français évènements de la rentrée.

# Thomas Lilti , qui signe ici son deuxième long-métrage après Les Yeux bandés, est fils de médecin et débuta lui-même sa carrière dans le milieu médical. C'est donc un film fortement inspiré de sa propre vie qu'il réalise avec Hippocrate, allant même jusqu'à tourner dans l'hôpital où il travaillait comme médecin. "Il a vite été évident pour tous que connaître les lieux serait un avantage : je savais exactement où aller, quels endroits filmer, où trouver la chair du film", explique Thomas Lilti.

# Tourné quasiment en huis-clos, Hippocrate se veut au plus près de la réalité du monde hospitalier, tant du point de vue du rythme quotidien des internes, que de l'atmosphère qui s'en dégage. "Quand on est interne, on passe 90% de son temps à l'hôpital. Tous les rites de la vie - les amitiés masculines, les histoires d'amour, la découverte de la responsabilité, le rapport à la mort - se passent dans son enceinte", raconte ainsi le cinéaste tout en précisant qu'il ne voulait pas tomber "dans le piège de l'hôpital monochrome", pour au contraire, aller "vers l'aspect hétéroclite de ce lieu". De même, toujours dans un souci de réalisme accru, Thomas Lilti a choisi de mêler "acteurs et vrais soignants".

# L'idée première du film était de rendre hommage aux internes étrangers qui ont eu une influence majeure sur le parcours du cinéaste. C'est pourquoi il a fait du personnage de Reda Kateb - Abdel - un élément crucial du récit. Il explique : "Ce personnage, est plus ou moins la fusion de deux médecins qui m'ont formé : l'un, algérien, Majid Si Hocine qui a participé au film, et l'autre, un Albanais dont j'ai perdu la trace, Arben Menzelxhiu".

Crédit photo : DR

 
0 commentaire - Secrets de tournage : Hippocrate
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]