Secrets de tournage : Gravity

Secrets de tournage : Gravity

Gravity

A lire aussi

publié le 26 octobre

Adulé de tous en raison de l’immense succès public et critique qu’il suscite depuis qu’il a marqué l’ouverture de la 70e Mostra de Venise, le film d’Alfonso Cuarón ne cesse de prendre de l’ampleur et pourrait s’imposer comme le phénomène ciné de l’année. À l’occasion de l’arrivée de Gravity dans nos salles obscures cette semaine, retour sur trois secrets de tournage du film.

# Il aura fallu plus de quatre ans et demi pour que le film voit le jour. Fruit d’un travail préparatoire de longue haleine et d’un tournage dont l’absence de gravité a représenté un défi majeur, ce projet tenait particulièrement à cœur d’Alfonso Cuarón qui, enfant, rêvait de devenir astronaute.

# Féru de nouvelles technologies et soucieux d’offrir à son film un rendu visuel au plus près de la réalité, Cuarón n’a reculé devant aucun obstacle, allant même jusqu’à inventer des outils de prise de vue qui n’existaient pas pour tourner les plans-séquences bluffants qui composent le film. À l’image de l’un de ses mentors cinématographiques – James Cameron – le cinéaste mexicain fait ainsi figure de précurseur et incitera peut-être ses pairs à sortir, à leur tour, du cadre établi.

# Gravity est aussi une aventure familiale. Co-scénarisant le film avec son fils, Jonás , Alfonso Cuarón lui donne l’occasion de faire une entrée fulgurante à Hollywood. Une voie royale pour ce scénariste débutant dont c’est le premier long-métrage.

 
0 commentaire - Secrets de tournage : Gravity
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]