Sam Mendes : James Bond, la récompense ultime

Sam Mendes : James Bond, la récompense ultime

Skyfall de Sam Mendes

A lire aussi

publié le 24 octobre

Skyfall (en salles ce vendredi 26 octobre) est la dernière pierre du bel édifice Sam Mendes, cinéaste extraordinaire au parcours sans faute. Né sur les planches de théâtre, le metteur en scène, repéré par Steven Spielberg, décroche un Oscar dès sa première réalisation, American Beauty (1999), satire décolorée mais délicieusement tragique de l'American Dream. Le début d'une carrière faramineuse.

Loin de courir désespérément après le même succès, il s'essaie au polar ultrastylisé dans Les Sentiers de la perdition (2001) avec Tom Hanks, puis le film de guerre dans Jarhead : La fin de l'innocence (2003) avec Jake Gyllenhaal. Succès relatifs au box-office, les deux films permettent à Sam Mendes de s'émanciper dans le cinéma hollywoodien. Chose confirmée en grand pompe avec le drame Les Noces rebelles (2009) qui marque les retrouvailles entre Kate Winslet, sa femme à la ville, et Leonardo DiCaprio. La même année, il s'immisce dans le cinéma indépendant avec Away We Go (2009), une histoire de couple lumineuse.

Lorsque Daniel Craig lui propose de réaliser un épisode de James Bond, la plaisanterie se transforme vite en projet. Attaché au 23e épisode pendant plusieurs années, marquées par les troubles financiers du studio MGM, Sam Mendes avoue avoir été convaincu par la réussite Casino Royale (2006) pour imaginer un 007 moderne et humain. Mission accomplie avec l'un des meilleurs opus de la saga.

 
0 commentaire - Sam Mendes : James Bond, la récompense ultime
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]