Revue de presse : Joy divise la critique

Revue de presse : Joy divise la critique©2015 Twentieth Century Fox, DR
A lire aussi

Pauline Julien, publié le 30 décembre

Un an et demi après American Bluff, David O. Russell revient dans les salles obscures avec sa nouvelle réalisation, Joy, biopic décalé de celle qui a inventé la fameuse "serpillère magique", véritable symbole de l'incarnation du rêve américain. Porté une fois de plus par la muse du cinéaste, Jennifer Lawrence, le film semble avoir davantage divisé la presse que ses prédécesseurs. La recette finirait-elle par lasser ?

Comme à son habitude, l'actrice oscarisée en 2013 pour Happiness Therapy s'impose comme l'atout phare de cette comédie dramatique inspirée d'une histoire vraie. "Dans le très beau et très enthousiasmant "Joy", de nouveau sous la direction de David O. Russell et toujours aux côtés de Bradley Cooper, [Jennifer Lawrence] est bouleversante en mère déterminée, malgré la misère, à surmonter les pires difficultés pour commercialiser son invention : un balai-serpillière révolutionnaire", commente ainsi Elle, tandis que GQ assure que le film "vaut essentiellement pour le portrait amoureux qui y est dressé de son actrice principale, de tous les plans ou presque".

Si beaucoup s'accordent donc à souligner la performance de la comédienne, certaines critiques moins élogieuses viennent néanmoins assombrir le tableau. Plusieurs reprochent en effet à David O. Russell de répéter une fois de plus sa recette habituelle, s'entourant de ses acteurs les plus fidèles pour raconter une histoire d'ascension sociale portée par des personnages dysfonctionnels. Visiblement lassé, Libération n'est ainsi pas tendre avec le cinéaste qui, selon le quotidien, "s'installe aujourd'hui dans la redite des mêmes motifs artificiels et tapageurs". Une critique partagée par TF1 News.

Pourtant, là où certains affichent leur déception, d'autres regorgent encore d'enthousiasme à l'égard de cette nouvelle réalisation. C'est notamment le cas du site aVoir-aLire.com, qui écrit : "David O. Russell livre une épatante déclaration d'amour à la création, à l'idée, aux femmes aussi, moins dans un féminisme revendicatif que dans une célébration tendre et attentionnée d'une féminité toute puissante". L'Express de son côté, félicite un film "gonflé, ambitieux et mordant".

En bref, Joy, sans faire l'unanimité, reste l'un des beaux moments cinéma de la semaine avec une moyenne de 3 étoiles sur 5. En salles dès ce mercredi.

 
0 commentaire - Revue de presse : Joy divise la critique
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]