Resident Evil : George A. Romero a failli réaliser le premier film

Resident Evil : George A. Romero a failli réaliser le premier film©Metropolitan FilmExport, DR
A lire aussi

Marine de Guilhermier, publié le 28 février

Alors que le dernier volet de la saga Resident Evil est sorti le mois dernier dans les salles obscures, revenons sur le tout premier épisode de la série, que le maître absolu du film de zombies, George A. Romero, a bien failli mettre en scène.

En 1998, l'éditeur de jeux vidéo Capcom engage le célèbre cinéaste pour réaliser une publicité live dans le cadre de la promotion du deuxième volet de sa franchise vidéoludique à succès au Japon. La collaboration se révèle fructueuse, le spot publicitaire, qui se déroule dans le couloir de cellules d'un commissariat abandonné, étant très fidèle au matériel d'origine. Tant et si bien que Sony Pictures décide de recruter George A. Romero comme scénariste et réalisateur de leur adaptation cinématographique du premier "Resident Evil".

Rob Kuhns, qui a signé un documentaire sur l'importance de "La Nuit des morts-vivants" de Romero dans la pop-culture - "Birth of the Living Dead" -, se souvient : "Avoir Romero attaché à ce projet a donné une vraie légitimité aux fans de films d'horreur. À l'époque, si vous pensiez aux zombies, vous pensiez automatiquement à Romero. Son implication garantissait la venue d'un certain nombre de spectateurs pour voir un tel film."

Du rêve au cauchemar

Ravi d'avoir l'occasion de repasser derrière la caméra alors qu'il n'a plus mis en boîte de long-métrage depuis "La Part des ténèbres" en 1993, le réalisateur se lance corps et âme dans le projet. Il écrit un scénario en six mois. Celui-ci met en scène deux personnages iconiques du jeu, Chris Redfield et Jill Valentine, et, comme sa publicité, reste très fidèle à l'univers de la saga vidéoludique. Son script a ainsi pour cadre le fameux manoir Spencer et comprend des créatures emblématiques du jeu vidéo comme le serpent géant Yawn.

Pourtant, peu de temps après, George A. Romero est viré sans ménagement du projet et son histoire envoyée aux oubliettes ! "Le script de Romero n'était pas bon, donc Romero a été renvoyé", expliquera plus tard l'un des producteurs de Capcom, Yoshiki Okamoto. Paul W.S. Anderson est alors engagé pour le remplacer. Et si son "Resident Evil" a été couronné de succès au box-office, beaucoup de fans se sont sentis trahis par l'adaptation peu fidèle à la franchise vidéoludique. Néanmoins, cinq suites verront par la suite le jour au cinéma !

 
1 commentaire - Resident Evil : George A. Romero a failli réaliser le premier film
  • soyonsheureux -

    Un producteur de Capcom a dit :"Le script de Romero n'était pas bon, donc Romero a été renvoyé".
    Ceci est complètement faux. J'ai lu le script de Romero et il est objectivement meilleur que tous les scripts
    des films Resident evil d'Anderson. En plus pour Romero, il ne s'agissait que d'un premier jet, il aurait amélioré son script.
    Le scénario de Romero n'était pas extraordinaire mais il avait le mérite de donner un minimum de profondeur à ses personnages principaux et d'y avoir de l'horreur. De plus ce scénario était à peu près cohérent. En comparaison, les scénarios des films Resident evil d'Anderson sont incohérents, tous les personnages (Sauf Alice) sont transparents et il y a très peu d'horreur.

    Donc ce producteur ment, probablement pour deux raisons:
    (1) Les films d'Anderson sont plus orientés guerre/action que le scénario du script de Romero.
    Cela convenait d'autant plus à Capcom à l'époque que Capcom avait décidé de faire des jeux de plus en plus orientés action dès Resident evil 2.
    (2) Le cout du film de Romero aurait été probablement plus élevé que le premier film Resident evil d'Anderson (Il y aurait fallu plus
    d'effets spéciaux que pour le film d'Anderson par exemple.). Capcom a donc peut-etre préféré ne pas prendre de risque et
    de prendre le scénario le moins couteux.

    Pour conclure, je regrette beaucoup que Romero n'ait pas été choisi pour faire les films Resident evil en lieu et place de Paul W.S. Anderson, les films actuels Resident evil auraient ainsi été meilleurs que les films de daube (Il faut appeler les choses par leur nom.) actuels de Paul W.S. Anderson.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]