Quand les cinéastes s'essayent à la comédie engagée

Quand les cinéastes s'essayent à la comédie engagée©La Petite Reine - David Koskas, DR
A lire aussi

Marine de Guilhermier, publié le 5 juin

Si les films engagés et militants existent depuis presque aussi longtemps que le cinéma lui-même, ils prennent le plus souvent la forme de documentaires (Bowling for Columbine de Michael Moore, par exemple), d'enquêtes (on peut citer Les Hommes du Président d'Alan J. Pakula) ou bien de drames (comme Le Vent se lève de Ken Loach) mais il y a un genre que le cinéma engagé ne couvre pas beaucoup, c'est la comédie. Depuis quelques années cependant, une forme de comédie engagée se fait de plus en plus présente à l'écran. À l'occasion de la sortie d'Ils sont partout d'Yvan Attal, revenons sur ces films qui essaient de nous faire passer un message fort par le rire.

Pourquoi choisir la comédie ?

La comédie est un genre très populaire au cinéma, qui a toujours su attirer du monde dans les salles obscures. Peut-être encore plus aujourd'hui où, face à l'actualité mondiale difficile, les spectateurs préfèrent se détendre devant des films légers plutôt que de se plonger dans des histoires dramatiques. Ainsi, un cinéaste qui a envie de parler d'un sujet délicat a plus de chance de toucher un large public en passant par le genre comique. Cependant, cela ne veut pas dire que monter une comédie engagée est facile. En effet, les producteurs restent méfiants quand il s'agit d'évoquer des sujets tels que le racisme, l'antisémitisme, le sexisme ou toute autre forme de discrimination. Quand on fait un film sur un sujet polémique, il y a toujours le risque de se priver d'un certain nombre de spectateurs aux idéologies divergentes. C'est pourquoi trouver un financement pour un film engagé n'est pas chose aisée et les longs-métrages militants sont donc généralement difficiles à mettre sur les rails. Heureusement, de nombreux cinéastes s'y essayent encore avec toujours pour espoir de faire passer un message au plus grand nombre.

La méthode française

Sorti ce mercredi 1er juin dans les salles françaises, Ils sont partout est un film à sketches qui tente de démonter les clichés antisémites les plus tenaces. Pour s'attaquer à ce travers malheureusement encore trop présent dans notre société, Attal s'est adjoint les services de comédiens très populaires comme Benoît Poelvoorde, Dany Boon, François Damiens ou encore Gilles Lellouche. Les Français répondent souvent présent pour découvrir les nouvelles facéties de ces acteurs qui tournent régulièrement dans des comédies; les avoir dans son film permet donc au réalisateur de Ma femme est une actrice de se garantir quelques entrées. De la même façon, quand Éric Toledano et Olivier Nakache ont décidé de traiter des sans-papiers et de l'immigration dans Samba, ils se sont tournés vers leur acteur fétiche, Omar Sy, un des artistes les plus appréciés de l'Hexagone. Autre similarité entre les deux productions, elles se basent toutes deux sur des histoires originales, ce qui n'est pas forcément le cas de tous les films engagés, qui partent pour beaucoup d'un événement historique, comme c'est souvent le cas de l'autre côté de la Manche.

La méthode britannique

Au Royaume-Uni, les films sociaux sont légions et dans le lot, on peut trouver quelques perles comiques. Arrêtons-nous notamment sur le touchant et drôle We Want Sex Equality de Nigel Cole, qui s'attaquait aux différences de salaires entre hommes et femmes en revenant sur la grève historique des ouvrières de l'usine Ford en 1968 qui demandaient à être payées autant que leurs collègues masculins. Le film permet de découvrir une page de l'Histoire britannique avec beaucoup de légèreté tant le groupe de femmes suivies est attachant et amusant. Dans le même genre, citons Pride, qui comme We Want Sex Equality, s'appuie sur un groupe d'acteurs peu connus et raconte l'histoire vraie d'un groupe d'activistes gays et lesbiens décidé à aider les mineurs dans leur grève contre Margaret Thatcher en 1984. Matthew Warchus nous emmène alors au coeur de la grande Histoire par la petite porte en suivant une bande de personnages captivants et émouvants, tout en s'engageant pour la cause homosexuelle.

 
0 commentaire - Quand les cinéastes s'essayent à la comédie engagée
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]