Pourquoi le cinéma coréen est devenu indispensable

Pourquoi le cinéma coréen est devenu indispensable

In Another Country

A lire aussi

publié le 19 octobre

Depuis quelques années, le cinéma Coréen a le vent en poupe dans l’Hexagone, notamment en ce qui concerne la course à la Palme d’Or.

Même si aucun des réalisateurs sélectionnés jusqu’à présent n’a encore réussi à décrocher la récompense tant convoitée, Park Chan-wook peut tout de même se prévaloir d’un Grand Prix pour Old Boy en 2004 et d’un Prix du Jury en 2009 pour Thirst, Ceci est mon Sang .

En mai dernier, deux films sud-coréens étaient en compétition sur la Croisette : L’ivresse de l’Argent , d’Im Sang-soo , et In Another Country , de Hong Sang-soo , actuellement en salles et dans lequel Isabelle Huppert tient le rôle principal.

Emprunts d’une poésie singulière, souvent mêlée à une violence rare (Old Boy ), les films Coréens ont su peu à peu trouver leur place dans le paysage cinématographique européen, devenant rapidement les nouveaux incontournables de Festivals aussi prisés que Cannes ou la Berlinale. Pieta , le nouveau film de Kim Ki-duk a même obtenu le Lion d’or à la dernière Mostra de Venise. Impossible donc à l’heure actuelle d’aborder le Septième Art sans s’intéresser à ces nouveaux cinéastes.

Il a pourtant fallu attendre le Festival de Cannes de 2000 pour qu’un film Coréen soit invité sur la Croisette (Chunhyang, d’Im Kwon-taek ). Aujourd’hui, certains réalisateurs comme Im Sang-soo ou Hong Sang-soo en sont devenus des habitués, à l’image d’un Ken Loach ou d’un Michael Haneke . Reste à savoir qui sera le premier Coréen a décroché la fameuse Palme…

 
0 commentaire - Pourquoi le cinéma coréen est devenu indispensable
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]