On a vu, on a aimé : The Walk, le crime artistique du siècle

On a vu, on a aimé : The Walk, le crime artistique du siècle©Sony Pictures Releasing France, DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 28 octobre

Sorti ce mercredi 28 octobre dans les salles françaises, le dernier film de Robert Zemeckis emmène le spectateur vers un rêve fou, à donner le vertige, en compagnie de Joseph Gordon-Levitt. Ce dernier se glisse dans la peau du funambule Philippe Petit, célèbre pour avoir joint en 1974 les deux tours du World Trade Center sur un fil, suspendu au-dessus du vide. The Walk - Rêver plus haut est notre coup de coeur de la semaine et on vous explique pourquoi.

Alors que Retour vers le futur fête cette année ses trente ans, son réalisateur Robert Zemeckis fait une plongée légèrement plus lointaine dans le passé, vers l'un des évènements les plus incroyables de ces dernières décennies. Le 6 août 1974, c'est la date qu'a choisi Philippe Petit, Français plein d'ambition et de passion pour son art, pour entamer une traversée comme on en verra peut-être jamais plus. Et pour parvenir à ses fins, Petit prépare son spectacle avec une précision chirurgicale, à tel point qu'il finit par frôler la folie. Son rêve bien en tête, il se forge des relations comme une araignée tisse sa toile, y prenant au piège tous ses complices, comme il les appelle affectueusement.

Outre la planification tantôt hilarante, tantôt sans espoir, qui prend bien les trois quarts du film, ce sont bien les 45 dernières minutes qui valent le détour. Au cours d'un incroyable numéro à plus de 500 mètres du sol, Joseph Gordon-Levitt devient une véritable attraction de laquelle découle toute la virtuosité du personnage. Un spectacle à la fois beau et terrifiant pour lequel la 3D est plus justifiée que jamais.

Joseph Gordon-Levitt épouse incroyablement bien de la caméra de Zemeckis alternant le Français et l'Anglais avec aisance. Son rôle à la fois d'acteur et de narrateur donne au film des allures de conte linéaire et accrocheur, bien aidé par la magnifique photographie aux allures fantasmagoriques. Le reste du casting relève également le niveau : Charlotte Le Bon dans le rôle d'Annie, la petite amie de Philippe, Ben Kingsley qui joue le maître du funambule, mais aussi Clément Sibony qui incarne le photographe officiel du héros, choisi pour immortaliser ce moment unique et incroyable d'audace.

The Walk est une expérience à vivre au cinéma - ou au moins sur le plus grand écran possible. Le "crime artistique du siècle" vous attend en salles dès aujourd'hui.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : The Walk, le crime artistique du siècle
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]