On a vu, on a aimé : Strictly Criminal, le portrait d'un caïd mi-ange mi-démon

On a vu, on a aimé : Strictly Criminal, le portrait d'un caïd mi-ange mi-démon©2015 Warner Bros. Ent. Alle Rechte vorbehalten, DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 25 novembre

Deux ans après Les Brasiers de la colère, le réalisateur Scott Cooper revient avec une nouvelle histoire de pouvoir et de violence. Dans Strictly Criminal, Johnny Depp se fixe un nouveau défi en incarnant le célèbre criminel Whitey Bulger. C'est notre coup de coeur de la semaine et on vous explique pourquoi.

Le quartier de South Boston dans les années 70. L'agent du FBI John Connolly convainc le caïd irlandais James "Whitey" Bulger de collaborer avec l'agence fédérale afin d'éliminer un ennemi commun : la mafia italienne. Le film retrace l'histoire vraie de cette alliance contre nature qui a dégénéré et permis à Whitey d'échapper à la justice, de consolider son pouvoir et de s'imposer comme l'un des malfrats les plus redoutables de Boston et les plus puissants des États-Unis.

Mi-ange, mi-démon, Whitey Bulger est longtemps resté un mystère dans les dossiers de la police et du FBI. Scott Copper dresse le portrait d'un homme imprévisible, tantôt caïd de rue, tantôt aimant avec sa famille et ses voisins. Un personnage aux multiples facettes que s'approprie Johnny Depp, le caméléon du grand écran qui réussit encore une fois à s'effacer derrière des couches de maquillage et d'artifices pour laisser place à l'un des plus grands gangsters américains. Ce n'est donc pas un hasard si l'acteur fait déjà partie de la liste des prédictions pour les Oscars tant son incarnation de l'homme responsable de nombreux meurtres est convaincante et légèrement effrayante.

Strictly Criminal est un thriller calme, froid, et en même temps rougi par les éclats d'hémoglobine que Whitey laisse derrière lui. Le récit et l'ambiance font même penser, si l'on peut se permettre la comparaison, aux codes de True Detective, avec l'audition des différentes personnes impliquées dans les évènements qui ont suivi l'alliance de Bulger et du FBI. Manipulation, rivalité et effroi sont les trois ingrédients de ce long-métrage passé au filtre Amaro et dans lequel Bulger tient toutes les cartes. À la manière d'un champion d'échecs, il avance ses pions à l'insu des autorités, et même de ses acolytes, sous la menace constante de son aura impressionnante.

Face à lui, on retrouve un lot d'acteurs triés sur le volet : Joel Edgerton dans le rôle de l'agent du FBI plus manoeuvré qu'il ne le pense lui-même, Benedict Cumberbatch dans la peau du frère de Bulger et homme politique ambitieux, Kevin Bacon en chef du FBI ou encore Dakota Johnson, qui incarne la compagne de Whitey.

Sans être un classique du genre, Strictly Criminal est une bonne note dans la filmographie au ralenti de Johnny Depp, un défi réussi et maîtrisé, qui fera sans doute oublier ses récents échecs. Un film à découvrir dès ce mercredi 25 novembre au cinéma.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : Strictly Criminal, le portrait d'un caïd mi-ange mi-démon
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]