On a vu, on a aimé : Spotlight, parfait hommage au journalisme d'investigation

On a vu, on a aimé : Spotlight, parfait hommage au journalisme d'investigation©Open Road Films, DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 27 janvier

Acteur reconverti en réalisateur, Tom McCarthy s'attaque cette année à une montagne. Avec Spotlight, ce 27 janvier dans les salles, le cinéaste s'intéresse à une enquête d'ampleur sur fond d'hommage au journalisme d'investigation. C'est notre coupe de coeur de la semaine et on vous explique pourquoi.

Adapté de faits réels, Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe - couronnée par le prix Pulitzer - qui a mis à jour un scandale sans précédent au sein de l'Eglise Catholique. Une équipe de journalistes d'investigation, baptisée Spotlight, a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d'abus sexuels au sein d'une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde. L'enquête révèlera que L'Eglise Catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, juridiques et politiques les plus en vue de Boston, et déclenchera par la suite une vague de révélations dans le monde entier.

Aborder un film comme Spotlight est un exercice d'équilibriste. Quel point de vue, quel angle donner à un film sur un scandale aussi retentissant ? Celui de l'Église, celui des journalistes ou les deux en même temps ? Finalement, Tom McCarthy a choisi la seconde option, se permettant ainsi le luxe d'un véritable long-métrage d'enquête non pas policière, mais en tout point journalistique. Le résultat est pour ainsi dire tout simplement passionnant. On découvre une équipe de journalistes particulièrement douée dans son domaine, et déterminée à faire éclater la vérité dans les règles. Bien évidemment, le parti pris est limpide, parfaitement cristallisé par l'émotion des différentes victimes de viol des prêtres sans tomber dans le sensationnalisme, et par le personnage de Mark Ruffalo, bien plus impliqué que le reste de ses confrères par cette affaire. Si on peut regretter une performance un poil hors ton de l'acteur, ainsi que certaines scènes de remplissage, le produit fini est plutôt honnête et bien maîtrisé.

Et puisque l'on parle des acteurs, il est important de saluer Rachel McAdams, qui livre une prestation juste et mesurée, une incarnation donc adéquate à une situation très délicate. L'actrice a d'ailleurs été nommée à l'Oscar du Meilleur second rôle féminin et ses chances de le remporter sont objectivement élevées. De son côté, Michael Keaton confirme son excellente forme après sa performance saluée dans Birdman l'année dernière. On regrette toutefois que le personnage de Liev Schreiber, véritable point de départ de l'enquête dans son désir d'aller plus en profondeur, n'ait pas été plus mis en avant.

Spotlight est donc une très bonne reconstruction de l'affaire qui s'est déroulée en 2001. Les décors et costumes sont d'ailleurs parfaitement conformes à l'époque, des bureaux jonchés de dossiers au début du tout internet, au réflèxe du stylo-carnet des journalistes dépourvus de dictaphones dernier cri. Ce combat d'une caste contre un puissant lobby avec tous les enjeux moraux et légaux que cela implique est une grande réussite. Intense et poignant, tout en étant précis et juste, sans perdre le spectateur derrière un jargon lourd et des pratiques compliquées, donc abordable par tous, Spotlight est à ne pas louper. À découvrir dans les salles obscures dès aujourd'hui.


 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : Spotlight, parfait hommage au journalisme d'investigation
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]