On a vu, on a aimé : Le Prodige, biopic nerveux sur fond de Guerre froide

On a vu, on a aimé : Le Prodige, biopic nerveux sur fond de Guerre froide©DR
A lire aussi

Pauline Julien, publié le 10 septembre

Pour son nouveau long-métrage, Edward Zwick s'est penché avec Le Prodige sur le destin hors du commun de Bobby Fischer, petit génie des échecs qui a joué malgré lui un rôle crucial durant la Guerre froide. Celui à qui l'on doit notamment Le dernier samouraï ou Blood diamond signe ici un biopic nerveux et maîtrisé, que l'on vous recommande chaudement.

L'histoire de Bobby Fischer, le prodige américain des échecs, qui à l'apogée de la Guerre froide se retrouve pris entre le feu des deux superpuissances en défiant l'Empire Soviétique lors du match du siècle contre Boris Spassky. Son obsession de vaincre les Russes va peu à peu se transformer en une terrifiante lutte entre le génie et la folie de cet homme complexe qui n'a jamais cessé de fasciner le monde.

Si le choix de l'acteur vedette d'un film reste un élément clé de n'importe quel long-métrage, il l'est plus particulièrement encore lorsque le personnage présenté à l'écran a réellement existé. En l'occurence, Tobey Maguire, qui s'est fait plus que discret depuis la fin de la trilogie Spider-Man de Sam Raimi, excelle dans son rôle de surdoué aussi arrogant que paranoïaque. Face à lui, Liev Schreiber campe un Boris Spassky impassible dont on découvre peu à peu les failles. Deux hommes dont la passion et le talent vont rapidement être mis à contribution de la Guerre froide par chacun des deux blocs, les transformant alors eux-mêmes en pions d'un échiquier à l'échelle mondiale.

Pierre angulaire de cette confrontation non-armée entre les États-Unis et l'URSS, l'affrontement entre Fischer et Spassky prend dès lors une toute autre dimension. À ce titre, Le Prodige parvient parfaitement à concilier le drame intime de ce champion basculant peu à peu dans une paranoïa aigüe et les intérêts politiques liés au conflit. Si certains plans semblent directement inspirés d'un combat de boxe, l'ensemble du film, très bien rythmé, est porté par une tension qui ne cesse de croître au fur et à mesure que les enjeux globaux se dévoilent. La délicate frontière entre folie et réalité ne fait alors que s'amenuiser encore un peu plus.

En bref, Le Prodige est un biopic réussi qui, au-delà de raconter l'incroyable destin d'un homme, revient sur un moment important de l'Histoire du monde, où une guerre s'est jouée lors d'une partie d'échecs. En salles le 16 septembre.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : Le Prodige, biopic nerveux sur fond de Guerre froide
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]