On a vu, on a aimé : Le Petit Prince, l'hommage réussi à Saint-Exupéry

On a vu, on a aimé : Le Petit Prince, l'hommage réussi à Saint-Exupéry©Paramount Pictures France, DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 23 juillet

Publié en 1943, Le Petit Prince écrit par Antoine de Saint-Exupéry a parcouru un long chemin de nos tables de chevet à nos salles de classe pour finir cette année sur le grand écran. Beaucoup plus un hommage qu'une adaptation de l'oeuvre, le long-métrage mis en scène par Mark Osborne, passé par la case Cannes en mai dernier, est une des pépites de l'année 2015. On vous explique pourquoi.

Quand les premières minutes du Petit Prince se sont écoulées, on se demande presque où on a atterri. À mille lieux de l'oeuvre originale, il nous emmène dans le quotidien très strict d'une petite famille composée d'une petite fille et de sa maman qui se mettent en quatre pour que la première réussisse le concours d'entrée dans une école prestigieuse. Un récit fort intéressant dont on se demande bien comment il compte nous emmener vers celle que l'on pensait voir. C'est après la rencontre entre la petite fille et son voisin excentrique, l'aviateur, que tout s'éclaire.

Ce qui fait la force du Petit Prince est d'ailleurs cette subtilité dans l'effet miroir qu'a réalisé Mark Osborne avec beaucoup d'habileté. Plutôt que de retranscrire l'histoire de manière linéaire, il présente au spectateur un effet miroir qui n'aurait pas pu rendre un meilleur hommage à l'oeuvre de Saint-Exupéry. Comme dans le livre, les personnages n'ont pas de prénom, la petite fille oscille entre le vouvoiement et le tutoiement, renvoyant bien sûr au célèbre "S'il vous plaît, dessine-moi un mouton" ; elle développe également une relation très touchante avec l'aviateur qui devient la présence paternelle dont elle n'a pas bénéficiée, la jeunesse innocente et colorée est confrontée au monde carré et immaculé des adultes caricaturés dans leurs propres personnages.

Cette dualité se retrouve également dans la très ingénieuse réalisation qui repose sur deux méthodes distinctes. En effet, si la plupart du film est en images de synthèse, Mark Obsorne a utilisé la stop-motion pour les séquences de récit original du Petit Prince. Une bien belle manière de conserver les illustrations en aquarelle du matériau de base, et évidemment une certaine poésie.

En résumé, Le Petit Prince est une véritable réussite teintée d'humour et de délicatesse tant sur le plan scénaristique que du côté de la réalisation. Et la version française est également à saluer avec les voix d'André Dussollier, Florence Foresti, Marion Cotillard, Vincent Cassel, Vincent Lindon ou encore Guillaume Gallienne. À ne surtout pas manquer ce 29 juillet dans les salles obscures.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : Le Petit Prince, l'hommage réussi à Saint-Exupéry
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]