On a vu, on a aimé : Le Labyrinthe 2, une dystopie aux accents zombiesques

On a vu, on a aimé : Le Labyrinthe 2, une dystopie aux accents zombiesques©2015 Twentieth Century Fox, DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 1 octobre

La difficile aventure des Blocards du labyrinthe reprend ce 7 octobre dans les salles de cinéma. Très jutement intitulé La Terre brûlée, ce volet plonge le spectateur dans un voyage vers la délivrance, la sécurité et la préservation contre un ennemi de taille. Le long-métrage, une nouvelle fois réalisé par Wes Ball, est notre coup de coeur de la semaine et on vous explique pourquoi.

Dans ce second volet de la saga épique Le Labyrinthe, Thomas et les autres Blocards vont devoir faire face à leur plus grand défi, rechercher des indices à propos de la mystérieuse et puissante organisation connue sous le nom de WICKED. Or le monde qu'ils découvrent à l'extérieur du Labyrinthe a été ravagé par l'Apocalypse. Leur périple les amène à la Terre Brûlée, un paysage de désolation rempli d'obstacles inimaginables. Plus de gouvernement, plus d'ordre... et des hordes de gens en proie à une folie meurtrière qui errent dans les villes en ruine. Les Blocards vont devoir unir leurs forces avec d'autres combattants pour pouvoir affronter WICKED et tenter de défier son immense pouvoir.

De retour dans la peau de Thomas, le très prometteur Dylan O'Brien tient une nouvelle fois son rang de leader. Avec son jeu juste et son charisme indéniable, il n'a définitivement rien à envier à une Katniss ou une Prim. Grâce à lui et aux autres acteurs du film, la saga apparaît comme un pilier solide parmi les films de survie qui passionnent les jeunes adultes. En plus d'une direction d'acteur bien menée par Wes Ball, les décors apocalyptiques et désertiques du film tiennent la comparaison avec un Mad Max,les voitures en moins évidemment. Si on ajoute à cela l'arrivée des infectés et le suivi d'un petit groupe de survivants et leurs moyens rudimentaires, on a presque l'impression de regarder The Walking Dead estampillé tous publics.

Mais la comparaison s'arrête ici car Le Labyrinthe est une histoire à part entière avec ses propres enjeux, que ce volet conserve intacts : les motivations de l'organisation WICKED, la solidarité entre les anciens membres du bloc, la recherche d'une civilisation normale... etc. Toutefois, si l'on peut reprocher une chose à La Terre brûlée, c'est peut-être de ne pas mettre suffisamment en évidence les héritages du dédale et l'expérience que les Blocards y ont acquis. On peut également pointer du doigt le manque flagrant de charisme des antagonistes, que le spectateur peinerait même à identifier comme méchants sans l'exagération de certaines de leurs réactions.

Malgré tout, Le Labyrinthe 2 reste un très bon divertissement où les effets de surprise et rebondissement sont nombreux, l'adrénaline des courses effrennées des héros est toujours présente et l'émotion est au rendez-vous. Un film à découvrir dès le 7 octobre prochain dans les salles obscures.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : Le Labyrinthe 2, une dystopie aux accents zombiesques
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]