On a vu, on a aimé : La Vache, photographie d'une France solidaire

On a vu, on a aimé : La Vache, photographie d'une France solidaire©Jean-Claude Lother, DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 17 février

Après Né quelque part, Mohamed Hamidi revient avec son deuxième film. Le réalisateur embarque de nouveau Jamel Debbouze dans une étonnante aventure, cette fois portée par Fatsah Bouyahmed et Lambert Wilson. C'est notre coup de coeur de la semaine et on vous explique pourquoi.

Fatah, petit paysan Algérien n'a d'yeux que pour sa vache Jacqueline, qu'il rêve d'emmener à Paris, au salon de l'Agriculture. Lorsqu'il reçoit la précieuse invitation devant tout son village ébahi, lui qui n'a jamais quitté sa campagne, prend le bateau direction Marseille pour traverser toute la France à pied, direction Porte de Versailles. L'occasion pour Fatah et Jacqueline d'aller de rencontres en surprises et de vivre une aventure humaine faite de grands moments d'entraide et de fous rires.

Autant le dire tout de suite : on rit énormément devant le second long-métrage de Mohamed Hamidi. Néanmoins, La Vache est avant tout une histoire de tolérance. De ses quartiers marseillais à la capitale, en passant par les champs de Montélimar, les rencontres de Fatah dépeignent l'image d'une France solidaire, parfois méfiante, mais qui tombe irrémédiablement sous le charme du paysan algérien. Le récit ne s'aventure d'ailleurs pas que sur les routes de l'Hexagone, mais également dans le village natal de Fatah, en Algérie, avec ses personnages haut en couleurs. Le réalisateur de Né quelque part, également connu pour être le fondateur du Bondy Blog, a encore une fois choisi de faire rayonner le coeur du Maghreb et sa générosité. Sans chercher à contourner certains sujets comme la religion ou la relation homme-femme, Hamidi livre une excellente copie qui a d'ailleurs séduit le Festival de l'Alpe d'Huez, d'où le film est reparti avec trois prix dont celui du Public.

Collaborateur et ami de longue date de Jamel Debbouze, Fatsah Bouyahmed brille tout en haut de l'affiche avec cette comédie pleine de bons sentiments. Comme pour son personnage, la route a été longue mais l'attente en valait la peine. Le comédien se révèle talentueux, drôle, touchant, sympathique et jovial, loin du rôle de composition en somme, pour se glisser dans la peau de ce personnage que l'on a envie d'aimer et de suivre tout au long de son parcours. Pour lui donner la réplique, le réalisateur a réuni deux des plus célèbres acteurs français : Jamel Debbouze dans la peau du beau-frère moqueur et fataliste de Fatah, mais aussi Lambert Wilson, qui incarne un Comte au bord de la faillite avec qui le héros se lie d'amitié. Le trio fonctionne à merveille et on ne doute pas une seconde de sa sincérité.

La Vache est, en résumé, un film familial particulièrement réussi, mais surtout une comédie hilarante, parfois touchante, et qui parlera à beaucoup. À découvrir dès aujourd'hui dans les salles obscures.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : La Vache, photographie d'une France solidaire
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]