On a vu, on a aimé : La Belle saison, romance incandescente et féministe

On a vu, on a aimé : La Belle saison, romance incandescente et féministe©Pyramide Distribution, DR
A lire aussi

Pauline Julien, publié le 13 août

Trois ans après son dernier long-métrage, Trois Mondes, Catherine Corsini revient avec sa nouvelle réalisation aux parfums de féminisme et de liberté, La Belle saison. Porté par un trio d'actrices de talent - Cécile de France, Izïa Higelin et Noémie Lvovsky, le film est à ne manquer sous aucun prétexte.

1971. Delphine, fille de paysans, monte à Paris pour s'émanciper du carcan familial et gagner son indépendance financière. Carole est parisienne. En couple avec Manuel, elle vit activement les débuts du féminisme. Lorsque Delphine et Carole se rencontrent, leur histoire d'amour fait basculer leurs vies.

Solaire, c'est sans doute le premier mot qui vient à l'esprit pour décrire le film de Catherine Corsini. Qu'il s'agisse des scènes parisiennes, rythmées par l'effervescence des actions du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) auquel participent les deux héroïnes, ou des séquences tournées en pleine nature, dans le milieu d'origine de Delphine (Izïa Higelin), La Belle saison se nourrit d'une lumière incandescente qui confère une vraie poésie à l'ensemble.

La soif de liberté et d'indépendance, véritable moteur du long-métrage, se ressent tant dans l'intrigue amoureuse entre les deux femmes que dans leur implication au sein du mouvement féministe, mêlant ainsi parfaitement l'intime à un contexte socio-politique marqué. Le travail de reconstitution de l'époque est d'ailleurs une vraie réussite et parvient à ne jamais tomber dans l'excès. La bande originale du film, où se côtoient Janis Joplin, Joe Dassin et The Rapture, en est à ce titre un parfait exemple. La réalisatrice, qui confie elle-même s'être beaucoup documentée sur les mouvements féministes du début des années 70, livre notamment une scène des plus mémorables de réunion du MLF dans un amphithéâtre où le groupe s'élève peu à peu au chant de l'Hymne des Femmes. Un moment fort et vibrant.

Côté casting enfin, c'est un nouveau sans faute. Cécile de France et Izïa Higelin forment un beau couple de cinéma dont Catherine Corsini n'hésite pas à mettre à nu tant les corps que les émotions. Le jeune Kévin Azaïs quant à lui se révèle très touchant dans son rôle d'amoureux éconduit. Mais la performance la plus bluffante est signée Noémie Lvovsky, superbe en femme d'agriculteur impassible et totalement dévouée. Vous l'aurez compris donc, La Belle saison est la jolie surprise de cette fin d'été qu'on vous conseille fortement d'aller découvrir en salles à partir du 19 août prochain.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : La Belle saison, romance incandescente et féministe
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]