On a vu, on a aimé : Chocolat, biopic populaire et nécessaire d'un artiste déchu

On a vu, on a aimé : Chocolat, biopic populaire et nécessaire d'un artiste déchu©Julian Torres / Mandarin Cinéma - Gaumont, DR
A lire aussi

Pauline Julien, publié le 3 février

Deux ans après Bodybuilder, passé complètement inaperçu en salles, et cinq ans après Omar m'a tuer, nommé au César de la meilleure adaptation en 2012, Roschdy Zem repasse derrière la caméra pour nous conter l'histoire vraie et méconnue du clown Chocolat à travers un film touchant et plein d'humanité. C'est notre coup de coeur de la semaine.

Du cirque au théâtre, de l'anonymat à la gloire, l'incroyable destin du clown Chocolat, premier artiste noir de la scène française. Le duo inédit qu'il forme avec Footit, va rencontrer un immense succès populaire dans le Paris de la Belle époque avant que la célébrité, l'argent facile, le jeu et les discriminations n'usent leur amitié et la carrière de Chocolat. Le film retrace l'histoire de cet artiste hors du commun.

Difficile de croire qu'en 2016, le clown Chocolat, première star noire du monde du spectacle, reste encore un illustre inconnu pour la très grande majorité des gens. Et pourtant. Ce biopic de Roschdy Zem vaut donc tout d'abord pour sa dimension pédagogique, en présentant non seulement un artiste incontournable de la fin du XIXème siècle, mais aussi en dépeignant le Paris et la société de l'époque avec un vrai souci d'authenticité. Le véritable point fort du film reste néanmoins son duo vedette, formé d'Omar Sy et de James Thiérrée, dont l'alchimie à l'écran est immédiate.

Quatre ans après avoir décroché le César du meilleur acteur pour Intouchables, Omar Sy livre ici une autre grande performance de sa carrière et irradie l'écran de l'énergie et de l'enthousiasme qui le caractérise. À ses côtés, James Thiérrée, petit-fils de Charlie Chaplin et artiste multifacette bercé dans l'univers du cirque, signe une prestation tout en nuances, où la mélancolie de son personnage est sans cesse contrebalancée par l'ivresse des séquences de spectacle. C'est d'ailleurs lorsque leur duo clownesque se met en scène que le film est le plus abouti et maîtrisé, grâce à une féérie de chaque instant. Car bien que Chocolat aborde également des thèmes plus politiques en soulevant notamment la question du racisme, on peut parfois reprocher au film un manque de profondeur et de subtilité dans sa manière de faire. Un point néanmoins vite oublié tant la sincérité et l'amour du cinéaste pour son héros déchu crèvent l'écran.

En bref, Chocolat est un film populaire et nécessaire, qui fait directement écho à notre actualité, alors que l'absence des artistes noirs aux prochains Oscars a relancé un débat que l'on espérait derrière nous. À découvrir en salles dès ce mercredi.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : Chocolat, biopic populaire et nécessaire d'un artiste déchu
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]