On a vu, on a aimé : Au coeur de l'océan, l'immense odyssée de Ron Howard

On a vu, on a aimé : Au coeur de l'océan, l'immense odyssée de Ron Howard©2015 Warner Bros. Entertainment Inc. and Ratpac-Dune Entertainment LLC. All Rights Reserved., DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 9 décembre

Ce mercredi 9 décembre, Ron Howard est de retour dans les salles obscures avec son nouveau film, Au coeur de l'océan. Deux ans après Rush, le cinéaste dirige une nouvelle fois Chris Hemsworth dans un récit maritime où flirtent découvertes et grands dangers, symbolisés par le célèbre cétacé Moby Dick. C'est notre coup de coeur de la semaine, et on vous explique pourquoi.

Hiver 1820. Le baleinier Essex quitte la Nouvelle-Angleterre et met le cap sur le Pacifique. Il est alors attaqué par une baleine gigantesque qui provoque le naufrage de l'embarcation. À bord, le capitaine George Pollard, inexpérimenté, et son second plus aguerri, Owen Chase, tentent de maîtriser la situation. Mais face aux éléments déchaînés et à la faim, les hommes se laissent gagner par la panique et le désespoir.

Plongé dans l'immensité marine, le spectateur n'a d'autre choix que d'ouvrir bien grand les pupilles pour s'imprégner de l'impressionnant spectacle proposé par le film. Si sa sortie a été repoussée de plusieurs mois, c'était donc pour offrir des effets spéciaux tels qu'ils nous harponnent au coeur du récit. La première rencontre entre l'équipage du capitaine Pollard (Benjamin Walker) et l'immense Moby Dick est d'ailleurs à couper le souffle, entre autres scènes plus panoramiques, ou beaucoup moins ragoûtantes.

Mais Au coeur de l'océan, bien au-delà du film d'aventures, est surtout l'histoire dramatique d'un naufrage et de ses conséquences sur ce que devient l'humain face au froid, ou la chaleur, à la faim et au désespoir. Et quoi de plus saisissant que de contempler un groupe de baleiniers en quête de sa précieuse huile, pris dans son propre piège, complètement démuni face à l'incoercible menace que représente Moby Dick dont la soif de vengeance rend tout espoir vain ? Et forcément, dans les cas les plus désespérés, les épreuves de courage, de force et de solidarité ne manquent pas ponctuer ou de développer toute une situation.

À côté de la dimension scénaristique, le film regorge d'autres qualités, étant notamment bien servi par un excellent casting. Le spectateur suit ainsi cette part méconnue de l'histoire de Moby Dick par la bouche de l'un des survivants de cette expédition, incarné par Brendan Gleeson lors du récit et par Tom Holland à l'époque des faits, qui confie son histoire à l'écrivain Herman Melville, que l'on retrouve sous les traits de Ben Whishaw.

Vous l'aurez compris, Au coeur de l'océan est le film qui vous en mettra plein la vue cette semaine. Un divertissement gargantuesque à découvrir dès aujourd'hui dans les salles obscures.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : Au coeur de l'océan, l'immense odyssée de Ron Howard
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]