On a vu, on a aimé : A Perfect Day, récit d'une guerre sans coup de feu

On a vu, on a aimé : A Perfect Day, récit d'une guerre sans coup de feu©Fernando Marrero - REPOSADO P.C. and MEDIAPRODUCCIÓN S.LU., DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 16 mars

Après s'être fait remarquer au dernier Festival de Cannes où il était sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, A Perfect Day, un jour comme un autresort enfin dans les salles françaises ce 16 mars. Cette petite aventure d'un groupe de personnes que beaucoup de choses opposent en plein coeur d'un conflit est la belle surprise signée Fernando León de Aranoa. C'est notre coup de coeur de la semaine et on vous explique pourquoi.

Un groupe d'humanitaires est en mission dans une zone en guerre : Sophie, nouvelle recrue, veut absolument aider ; Mambru, désabusé, veut juste rentrer chez lui ; Katya, voulait Mambru ; Damir veut que le conflit se termine ; et B ne sait pas ce qu'il veut.

Un jour comme un autre ? Pas tout à fait, même si ce sous-titre a évidemment un côté ironique. Plongé dans les tensions de la guerre des Balkans en 1995, ou plutôt des restes d'une guerre qui touche à sa fin, le récit n'est en effet pas centré sur l'affrontement armé mais sur ses conséquences. C'est en cela que le long-métrage a quelque chose de très original, lorsqu'il montre les côtés les plus sordides des dégâts d'un conflit en réalisant l'exploit de conserver tout au long du film un aspect de comédie burlesque. C'est une touche que l'on doit notamment à Tim Robbins, parfait dans son rôle de trublion de la bande emmenée par Benicio Del Toro. Ce dernier est, comme à son habitude, d'un taciturne à souhait avec un côté doucereux qui fait contraste avec la situation dans laquelle les personnages sont placés. On retrouve également Mélanie Thierry qui incarne une humanitaire peu prompte à sortir du cadre des règles fixées, et Olga Kurylenko en reine de glace, obligée de suivre tout ce beau monde dans son périple.

Silloner les routes des Balkans à la recherche d'une simple corde auprès d'une population méfiante, opportuniste ou défaitiste est le défi à relever dans ce film au casting international. Fernando León de Aranoa réussit à montrer avec quelques lignes de scénario toute l'absurdité de la guerre, les conflits entre les organisations internationales et humanitaires et les relations qui se tissent entre tous ces personnages. Tantôt émouvant, drôle ou dramatique, A Perfect Day jongle entre plusieurs tableaux avec habileté et intelligence. Une comédie dramatique à découvrir dès aujourd'hui dans les salles obscures.

 
0 commentaire - On a vu, on a aimé : A Perfect Day, récit d'une guerre sans coup de feu
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]