Marvel : quel bilan tirer de la phase 2 des super-héros du studio ?

Marvel : quel bilan tirer de la phase 2 des super-héros du studio ?©DR, DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 16 août

Le 14 juillet dernier, Ant-Man a fait double-emploi. Le long-métrage a non seulement permis à l'univers Marvel de se garnir d'un nouveau super-héros, et ainsi étendre son univers déjà bien encombré, mais a également servi de conclusion à la phase 2 de l'univers cinématographique de la Maison des idées. Entre 2013 et 2015, le studio de Kevin Feige a donc passé une nouvelle étape, fait avancer ses intrigues, donné une chance à de nouveaux visages, et a surtout, amassé tout plein de billets verts.


Un accueil à la hauteur

Au total, ce sont six longs-métrages qui composaient cette seconde phase, soit la même quantité de films que pour la première, à raison de deux films par an. Il y a donc eu Iron Man 3 de Shane Black dans lequel on retrouvait Robert Downey Jr. et Gwyneth Paltrow face à un nouvel ennemi. Le film a globalement reçu un très bon accueil critique avec 79% d'avis positifs sur le site d'agrégation Rotten Tomatoes. Le suivant, quelques mois plus tard, n'était autre que Thor : Le Monde des ténèbres, le second volet de la saga avec Chris Hemsworth. Cet épisode réalisé par Alan Taylor n'a pas non plus déçu, bien que moins bien accueilli, avec 66% de critiques positives. En 2014, Captain America : Le Soldat de l'Hiver a subjugué la presse comme les fans, avec l'impressionnant score de 89% d'avis dithyrambiques. Une année qui a particulièrement souri à Marvel, puisque sa nouveauté Les Gardiens de la Galaxie a fait encore mieux avec 91% de plébiscite. On pouvait alors se dire que le studio allait crescendo dans la qualité, mais c'était sans compter la sortie d'Avengers : L'ère d'Ultron en 2015, qui a réfréné les ardeurs de tous, puisque le film de Joss Whedon retombe à 74%. Heureusement, Ant-Man avec Paul Rudd a permis à la phase 2 de terminer sur une bonne note, avec 79% de critiques allant dans son sens. En résumé, Thor 2 et Avengers 2 sont les déceptions de cette phase puisqu'ils font tous les deux moins bien que leurs volets respectifs précédents.


Des recettes astronomiques

En tout, la seconde étape du MCU a rapporté près de 5 milliards de dollars à Marvel. La palme allant à Avengers : L'ère d'Ultron qui totalise 1,3 milliard à lui seul, mais aussi à Iron Man 3 qui a ajouté 1,2 milliard aux caisses du studio. Le bonnet d'âne est en revanche à poser sur la tête d'Ant-Man et ses 291 millions de dollars récoltés dans le monde, à l'heure où ces lignes sont écrites. Même si l'exploitation de ce dernier n'est pas terminée, il ne faudra pas s'attendre à la voir passer la barre des 400 millions de dollars, plaçant donc son curseur à hauteur du premier volet de Captain America. Et en parlant de la première phase, Marvel peut se frotter les mains pour avoir eu le mérite d'augmenter ses recettes de presque 2 milliards de dollars d'une phase à l'autre. Des chiffres qui donnent le tournis mais qui expliquent bien l'ampleur du phénomène des super-héros, capitalisé par le studio.


Et pourtant...

Malgré ce succès incontestable, il y a tout de même deux critiques principales que l'on peut formuler à l'encontre du MCU. Pour commencer : si la première phase montrait un lien évident entre tous les épisodes, on a plus de mal à saisir ce qui unit chaque film de la phase deux. Pour ne citer qu'un exemple, Ant-Man est le seul à suggérer l'idée de faire appel aux Avengers quand un adversaire d'envergure menace la sécurité du monde. Dans Thor 2, lorsque les portails sont ouverts, aucune référence aux autres super-héros n'est faite, si ce n'est pour apporter un trait humoristique à l'histoire. Finalement, le MCU apparaît un peu plus fragile d'un point de vue scénaristique (au global).Ensuite, on imagine bien que les plans de Marvel ont été pensés, élaborés et construits de façon à proposer un énorme univers aux fans. Mais en mettant les grosses stars que sont Robert Downey Jr., Chris Evans et Chris Hemsworth sur le devant de la scène, cela a en quelques sorte obligé le studio à mettre de côté d'autres pointures, comme Scarlett Johansson, Jeremy Renner et Mark Ruffalo. D'ailleurs, la première question qui s'est posée au lendemain de l'annonce du line-up de la phase 3 était : pourquoi Hulk, Black Widow et Hawkeye n'ont-ils pas eux aussi droit à leurs films solos ? Soucis de calendrier, développement des personnages et utilités en dehors de la formation Avengers sont les réponses que Kevin Feige et ses équipes ont principalement formulé. Mais pas sûr que le public féminin, par exemple, apprécie d'apprendre qu'une super-héroïne a moins d'importance qu'un demi-dieu ou un robot milliardaire.

Et justement, mieux vaut tard que jamais : la phase 3 promet l'arrivée d'un personnage principal féminin avec Captain Marvel, ce qui sera également l'occasion de présenter Black Panther, le premier super-héros noir du MCU. On retrouvera également Spider-Man de retour dans sa maison-mère sous les traits de Tom Holland, et bien sûr tous les autres super-héros, avant la bataille décisive contre Thanos dans Infinity War. Pour le lancement de cette nouvelle ère, rendez-vous le 4 mai 2016 avec Captain America : Civil War.

 
0 commentaire - Marvel : quel bilan tirer de la phase 2 des super-héros du studio ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]