Les Derniers jours, film apocalyptique optimiste ?

Les Derniers jours, film apocalyptique optimiste ?

Les derniers jours

A lire aussi

publié le 7 août

Pour leur second long-métrage, Alex et David Pastor poursuivent leur exploration du film d'épouvante avec Les Derniers jours . Depuis la propagation d'un dangereux virus, le monde est devenu terrifiant. La population reste enfermée à l'intérieur des immeubles et doit se battre pour survivre. Alors que personne n'ose franchir le pas de sa porte, un jeune Barcelonais, Marc, est prêt à tout pour retrouver Julia, sa fiancée, et même à affronter le chaos de la ville.

L'idée du film leur est venue alors qu'ils travaillaient encore sur leur précédent long-métrage, Infectés , du haut de leur studio de montage surplombant Manhattan alors que la ville s'illuminait peu à peu à la tombée du jour. "On avait l'impression que chaque immeuble était une île [...] et les gens à l'intérieur ressemblaient à des naufragés. Cela a été la petite graine à l'origine de notre histoire. [...] À partir de cet élément, s'installe un thriller apocalyptique où la fin du monde est ammenée par une simple - mais non moins dévastatrice - forme d'agoraphobie poussée à l'extrême. Qu'adviendrait-il si l'humanité perdait sa capacité à vivre dans des lieux ouverts et restait prisonnière de ces immeubles ?", expliquent les frères Pastor. 

La crise espagnole, qui a commencé à sévir alors qu'ils étaient en pleine écriture du scénario a eu un impact fort sur le film et fait des Derniers jours une interrogation critique sur l'état actuel de la société. Toutefois, les deux cinastes restent positifs : "C'est un film que nous considérons optimiste. Il évoque la destruction du monde, mais également sa renaissance". 

 
0 commentaire - Les Derniers jours, film apocalyptique optimiste ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]