Le Parrain de Looper : Pourquoi Hollywood aime la mafia

Le Parrain de Looper : Pourquoi Hollywood aime la mafia

Joseph Gordon Levitt dans Looper.

A lire aussi

publié le 29 octobre

Looper, c'est une histoire de voyage dans le temps, de destins brisés, de pouvoirs psychédéliques et de mafia futuriste. Leitmotiv du cinéma américain depuis des décennies, le monde des gangsters continue de ramper à travers les genres, loin de la case du polar.

Impossible de ne pas penser aux deux maîtres du genre : Francis Ford Coppola (Le Parrain) et Martin Scorsese, qui explore la face trouble de la loi dans la moitié de sa filmographie (Mean Streets, Les Affranchis, Casino, Les Infiltrés). Fascinés par ces hommes de l'ombre et leur pouvoir démesuré, les deux cinéastes ont ouvert le voie à une foule de films sur le sujet : Meurtre d'un bookmaker chinois de John Cassavetes, Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, L'Honneur des Prizzi de John Huston, Donnie Brasco de Mike Newell, L'Année du dragon de Michael Cimono, True Romance de Tony Scott, The King of New York d'Abel Ferrara sont autant de preuves que la mafia attire les meilleurs metteurs en scène.

Déclinée, parodiée, moquée, la mafia est aussi décalée dans Miller's Crossing des frères Coen, Arnaques, crimes et botanique de Guy Ritchie,  même Hyper tension avec Jason Statham. En attendant Malavita de Luc Besson avec l'incontournable Robert de Niro et Michelle Pfeiffer, la belle de Scarface.

 
0 commentaire - Le Parrain de Looper : Pourquoi Hollywood aime la mafia
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]