Le Congrès : l'ovni cinématographique d'Ari Folman

Le Congrès : l'ovni cinématographique d'Ari Folman

Le Congrès

A lire aussi

publié le 4 juillet

Cinq ans après s'être fait un nom dans le monde entier en présentant Valse avec Bachir à Cannes - qui lui valût par ailleurs le César du meilleur film étranger - Ari Folman revient cette semaine avec Le Congrès , un film étonnant qui a séduit les festivaliers de la Quinzaine des Réalisateurs en mai dernier.

Ce nouveau long-métrage débute comme un film classique. On y suit Robin Wright (incarnée par l'actrice elle-même), une comédienne sans succès qui accepte de se faire scanner par le studio Miramount. Celui-ci peut ensuite disposer de son image en toute liberté et l'utiliser dans tous les films de son choix. Le Congrès bascule alors du côté du cinéma d'animation et nous invite dans un univers ultra inventif et poétique qui permet au cinéaste de livrer une vive critique du système hollywoodien. "Un cri du coeur contre le jeunisme et la course technologique post-Avatar" selon Metro, "vertigineux" pour Les Inrockuptibles : Le Congrès fascine tant par sa forme que par son propos. À découvrir de toute urgence.

 
0 commentaire - Le Congrès : l'ovni cinématographique d'Ari Folman
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]