La Planète des singes : retour sur la version avortée d'Oliver Stone

La Planète des singes : retour sur la version avortée d'Oliver Stone©20th Century Fox, DR
A lire aussi

Marine de Guilhermier, publié le 13 février

Vous ne le savez peut-être pas mais dans les années 1990, un reboot très étonnant du film culte de 1968 "La Planète des singes" a failli voir le jour sous la direction d'Oliver Stone et avec Arnold Schwarzenegger dans le rôle-titre. Retour sur ce projet complètement barré, récemment exhumé par Première.

En 1993, alors que son "Tueurs nés" n'est pas encore sorti, Oliver Stone et ses producteurs, Jane Hamsher et Don Murphy, cherchent déjà leur nouveau projet commun. Ils entendent alors parler du développement d'un sixième épisode à la saga "La Planète des singes", en stand-by depuis l'échec de "La Bataille de la Planète des singes" en 1973. Et si le cinéaste n'est pas spécialement intéressé par la franchise simiesque, il accepte de se rendre à une réunion avec les cadres de la Fox organisée par Murphy.

Une intrigue délirante

Un conciliabule raconté par Hamsher dans ses mémoires, qui précise que Stone y était probablement "en plein flashback d'acide". Ce qui n'est pas difficile à croire quand on lit le pitch qu'il avait alors proposé : "Et si le temps n'était pas linéaire, mais circulaire, et qu'il n'y avait pas de différence entre le passé et le futur ? Et si on découvrait des singes védiques cryogénisés qui détenaient le code secret de la Bible prévoyant la fin de la civilisation ?" Une idée qui, étonnamment, emballe la Fox qui accepte de lancer le projet !

C'est alors que Terry Haynes est engagé pour écrire le scénario, désormais titré "Return of the Apes". Il invente une histoire située dans un futur proche où les humains sont en voie d'extinction. Un généticien du nom de Will Robinson découvre que tout cela est causé par une mutation génétique datant de l'Âge de pierre, une période qu'il parvient à rejoindre avec sa collègue Billie Rae Diamond. Le duo arrive en pleine guerre entre les hommes et les singes menée par le cruel gorille Drak et découvre que ce sont les primates qui ont créé le virus pour éliminer l'humanité. Heureusement, Will réussit à détruire le virus et sauver la race humaine.

Un projet de longue haleine

Oliver Stone et ses deux producteurs proposent alors à Arnold Schwarzenegger de se glisser dans la peau de Will. Après avoir lu le script, qui contenait d'ailleurs de nombreuses références au "Seigneur des Anneaux" avec des personnages nommés Aragorn, Nazgul ou Strider, le comédien accepte ! Malheureusement, c'est à ce moment que le projet change de mains à la Fox et atterrit entre celles de Dylan Sellers. Ce dernier, qui n'aime pas du tout l'intrigue, fait alors virer Stone et Haynes. Fin de l'histoire ? Non, car le studio n'abandonne pas le long-métrage pour autant et engage tour à tour Phillip Noyce et Chris Columbus à la réalisation avant de refiler le bébé à James Cameron. Celui-ci veut confier la mise en scène à Peter Hyams, ce que la Fox refuse. On est alors en 1998 et Schwarzie, toujours attaché au film, quitte le navire.

C'est finalement en 2001 qu'un nouveau "Planète des singes" arrive sur les écrans du monde entier, dirigé par Tim Burton et avec Mark Wahlberg en tête d'affiche. Succès au box-office, le long-métrage reçoit en revanche des critiques désastreuses, contrairement à "La Planète des singes : Les Origines" qui, dix ans plus tard, relance la franchise dans de bonnes conditions.

 
0 commentaire - La Planète des singes : retour sur la version avortée d'Oliver Stone
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]