La Marche : Tewfik Jallab, en route pour les César

La Marche : Tewfik Jallab, en route pour les César

La Marche

A lire aussi

publié le 25 novembre

Le dernier film de Nabil Ben Yadir possède les ingrédients du succès : un scénario inspiré d'une histoire vraie, un film en accord avec la conjoncture actuelle et un Tewfik Jallab prodigieux et présélectionné pour le César du meilleur espoir masculin. 

La véritable marche dont s'inspire le film se déroula du 15 octobre au 3 décembre 1983. Celle-ci prend racine dans des affrontements entre jeunes et policiers, aboutissant à l'hospitalisation de Toumi Djaïdja et à l'embrasement de la banlieue lyonnaise. Au même moment, le Front National remportait des élections à Dreux et le ministre socialiste Pierre Mauroy stigmatisait les ouvriers grévistes. La marche contre le racisme et pour l'égalité partait de Marseille avec 17 personnes, pour arriver à Paris, où se massaient quelque 100.000 personnes. 

Le film de Nabil Ben Yadir n'est évidemment pas sans faire écho à la société d'aujourd'hui, depuis la montée du FN jusqu'aux nombreuses marches contre le racisme organisées ces derniers mois. Son scénario, très à propos, est ainsi particulièrement intéressant au regard d'hier, d'aujourd'hui et surtout de demain. Au cœur de cette leçon de vie, le réalisateur propose un casting des plus hétéroclites et prometteurs : Jamel Debbouze, Charlotte Le Bon, Olivier GourmetM'Barek Belkouk - lui aussi présélectionné au César du meilleur espoir masculin, ainsi que Tewfik Jallab, véritable révélation du film qui interprète Mohamed, le précurseur de la fameuse marche.

Qui d'autre que ce jeune acteur? Né dans une cité, d'une mère marocaine et d'un père tuniso-algérien, il découvre les films le dimanche dans le cinéma où sa grand mère fait le ménage. Sa passion grandit et il s'inscrit au Conservatoire National Supérieur d'Art dramatique de Paris. Sa carrière débute en 1994 dans Killer Kid mais il peine à percer. L'homme porte ici un film dur mais plein d’espoir, un film qui parle de la différence mais plus encore du rassemblement.

Si ce film parle d'antiracisme et d'égalité, il parle également d'une nécessité, celle d'ouvrir les yeux sur une jeunesse capable de créer un élan. Une dernière foulée et Tewfik Jallab pourrait bien recevoir un César. Les nominations définitives seront dévoilées le 31 janvier prochain. Quoi qu'il en soit, Tewfik Jallab s'impose dores et déjà parmi les jeunes comédiens à suivre de très près. Il s'est ainsi récemment illustré dans Né quelque part, pour lequel il donnait déjà la réplique à Jamel Debbouze. Le duo sera de nouveau réuni sur grand écran dès mercredi dans La Marche.

 
0 commentaire - La Marche : Tewfik Jallab, en route pour les César
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]