Inarritu : le réalisateur de Birdman s'en prend aux films de super-héros

Inarritu : le réalisateur de Birdman s'en prend aux films de super-héros

Alejandro Gonzalez Inarritu

A lire aussi

publié le 21 octobre

C'est bien connu : aujourd'hui Hollywood est le repaire des super-héros. Chaque année, une poignée de blockbusters part à l'assaut du box-office au grand bonheur d'un public toujours conquis par les Batman, Superman, Iron Man et autres héros qui se finissent en Man. Mais cette tendance lucrative et divertissante n'est pas pour plaire à tout le monde. Alejandro Gonzalez Inarritu, réalisateur du film Birdman attendu en salles le 28 janvier 2015, s'est longuement entretenu avec Deadline et en a profité pour évoquer les films de super-héros. Pour lui, "c'est comme du poison, comme un génocide artistique". Voilà qui est dit.

Le cinéaste mexicain, habitué des grandes cérémonies mais très peu prolifique, est connu pour son travail sur Babel ou 21 grammes, deux films plébiscités par la critique. Mais surtout qui en disent long sur son genre de prédilection, à savoir le drame dans sa forme la plus classique. Pas d'effets spéciaux ni de grandes explosions, pour lui le cinéma a pour but entre autres de poser des questions philosophiques, une visée à laquelle les films estampillés super-héros ne répondent pas : "Je passe parfois un bon moment devant un blockbuster de ce type, car ils sont faciles à comprendre et qu'ils s'apprécient bien avec du popcorn. Le problème, c'est que parfois, ils se veulent inspirés de mythologie antique ou de trucs profonds, alors qu'en fait, ils sont plutôt bas du front. Ce qui me gêne, c'est qu'ils n'ont pas de valeurs véritables. Ils montrent des croyances qui ne sont pas celles des hommes ou des héros qui ne correspondent pas à ceux qu'on voudrait voir".

Inarritu va même plus loin en s'en prenant au public concerné : "Je comprends qu'on fasse une fixette sur les comics quand on a 7 ans, mais continuer à s'accrocher à ces histoires pour enfants en grandissant, c'est un peu dérangeant". On l'aura compris, voir le réalisateur à la tête d'un film de super-héros est autant probable que de rencontrer le Bigfoot à la sortie d'un supermarché.

Et décidément, les cinéastes ont décidé de ne pas y aller avec le dos de la cuillère aujourd'hui. George Lucas est lui aussi monté au créneau, mais cette fois-ci ce sont les studios qui sont les cibles. L'homme derrière les premiers succès de la saga Star Wars, interviewé par CBS, a été cash en fustigeant "les grandes corporations" qui selon lui ne "connaissaient rien au business des films". On comprend pourquoi il a fondé LucasFilm, société avec laquelle il a pu produire Star Wars sans contrainte des producteurs...

Crédit photo : ARP Sélection

 
0 commentaire - Inarritu : le réalisateur de Birdman s'en prend aux films de super-héros
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]