Frances Ha : La pépite du cinéma indépendant bientôt en salles

Frances Ha : La pépite du cinéma indépendant bientôt en salles

Frances Ha

A lire aussi

publié le 10 juin

Avec deux parents critiques de cinéma, Noah Baumbach possède un double niveau de lecture de ses films. Cela lui permet de créer des œuvres singulières, qu’il dédie avant tout à un public cinéphile. Salué par la presse internationale dès 2006 pour la qualité de son huis-clos familial, Les Berkman se séparent – dans lequel il dirigeait notamment Jesse Eisenberg avant que The Social Network ne le propulse sur le devant de la scène – Noah Baumbach est aussi bon réalisateur que scénariste (Fantastic Mr. Fox , 2009). Avec Frances Ha , il est présent sur les deux tableaux et livre une mise en scène aussi créative que l’est l’intrigue.

À New York, Frances, une jeune femme un peu perdue dans les codes auxquels la société lui dicte de se conformer, rêve d’entamer une carrière de danseuse professionnelle. Néanmoins le déménagement soudain de sa meilleure amie et le sentiment d’isolement que cela provoque en elle, accentuent sa confusion et l’entraînent dans une dérive du quotidien qui donne lieu à un irrésistible comique de situation.

Tourné entièrement en noir et blanc, Frances Ha s’inscrit dans la tradition des films indépendants à ne pas manquer, à l’image du film que Wody Allen avait également consacré à la Grosse Pomme, Manhattan (1979).

Frances Ha sort sur les écrans français dès le 7 juillet prochain.

 
0 commentaire - Frances Ha : La pépite du cinéma indépendant bientôt en salles
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]