Ethan et Joel Coen : retour sur leur filmographie en cinq anecdotes

Ethan et Joel Coen : retour sur leur filmographie en cinq anecdotes©Abaca
A lire aussi

Pauline Julien, publié le 21 février

Cette semaine marque le grand retour des frères Coen dans les salles obscures. Après avoir formé le premier duo présidentiel du dernier Festival de Cannes, Ethan et Joel Coen nous plongent dans le Hollywood des années 50 avec Avé, César!, leur nouveau long-métrage. Pour l'occasion, voici une sélection de cinq anecdotes que vous ne connaissiez peut-être pas sur leur filmographie...

1. C'est un peu grâce à George Clooney si Avé, César! a vu le jour, comme l'ont confié Ethan et Joel Coen à nos confrères du Point. S'ils se sont passionnés pour l'histoire vraie d'Eddie Manix, le fameux "fixer" de la MGM star de leur film, après l'avoir découverte, les deux cinéastes n'avaient néanmoins pas prévu de l'adapter pour le grand écran de sitôt. C'est lorsqu'ils ont parlé de cette histoire à George Clooney que les choses se sont accélérées un peu malgré eux. Joel raconte ainsi : "Ça lui a tellement plu qu'il s'est mis à annoncer régulièrement, en plaisantant à moitié, que c'était son prochain film et qu'on s'apprêtait à le tourner, alors même qu'on n'avait pas encore de scénario ! Finalement, après Inside Llewyn Davis, on s'est dit : bon, écrivons-le et voyons où ça nous mène. Tout ça, c'est un peu la faute de George".

2. Pour créer le mythique Dude (Duc en VF) de The Big Lebowski, incarné par Jeff Bridges, les frères Coen se sont inspirés de Jeff Dowd, un producteur de cinéma et militant pacifiste. Celui-ci leur aurait notamment donné un coup de main pour trouver le distributeur de leur tout premier long-métrage, Sang pour sang. Ce personnage culte de la filmographie du duo a d'ailleurs donné son nom à une religion, le dudisme, qui prône "les valeurs apaisées de l'amateur de russes blancs, de pétards et de bowling" à travers le monde.

3. Au départ, Ethan et Joel Coen n'avaient pas retenu William H. Macy pour incarner Jerry Lundegaard dans Fargo. Mais l'acteur voulait tellement décrocher ce rôle qu'il a fait le déplacement jusqu'à New York pour rencontrer les deux réalisateurs et leur dire le fond de sa pensée. "Je suis très, très inquiet, car vous allez gâcher ce film en donnant le rôle à quelqu'un d'autre. C'est mon rôle, et je tuerais vos chiens si vous ne me le donnez pas !", leur aurait-il déclaré. C'est ainsi qu'il a réussi à convaincre le duo de l'engager.

4. Avant d'écrire le scénario de Sang pour sang avec son frère, Joel Coen a fait ses débuts dans l'industrie en 1981 comme monteur du film d'horreur culte de Sam Raimi, Evil Dead.

5. Si Ethan Coen n'est crédité comme co-réalisateur de Joel qu'à partir de 2004 et la sortie de Ladykiller, les deux frères ont assuré le montage de la quasi totatlité de leurs films. Pourtant, vous ne trouverez jamais leurs noms au générique d'un de leur long-métrage. C'est en effet un certain Roderick Jaynes qui est crédité comme monteur, un pseudo utilisé pour palier à l'interdiction fixée par l'Académie des Oscars de récompenser deux personnes pour le montage d'un seul film. Notons d'ailleurs que Roderick Jaynes a été nommé à deux reprises pour la prestigieuse statuette, en 1996 pour Fargo, puis en 2007 pour No Country for Old Men. En réalité, les frères Coen n'auraient jamais pu récupérer leur prix s'ils l'avaient emporté car ils n'auraient en aucun cas le droit de monter ensemble sur scène, ni de demander à quelqu'un d'autre d'aller le récupérer pour eux.

 
0 commentaire - Ethan et Joel Coen : retour sur leur filmographie en cinq anecdotes
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]