Diane Kruger, l’axe franco-allemand du cinéma

Diane Kruger, l’axe franco-allemand du cinéma

Diane Kruger dans Un plan parfait

A lire aussi

publié le 1 novembre

Première comédie pour la belle Diane Kruger, habituée à manier les stars hollywoodiennes et le premier degré depuis plusieurs années lumineuses. Héroïne de la comédie romantique Un plan parfait de Pascal Chaumeil (L'Arnacœur) avec Dany Boon, elle confirme encore une fois que la France compte parmi ses pays d'adoption.

Car c'est en France que la comédienne allemande sort de la case mannequin pour la première fois. Repérée par Luc Besson, formée à Paris, elle débute sa carrière en 2003 avec Mon idole de Guillaume Canet, suivi du film d'action oublié Michel Vaillant en 2003. Hollywood ne résiste pas à son charme : elle est castée dans Troie face à Brad Pitt en 2004. Sa carrière est définitivement lancée mais elle n'en oublie pas la France : Rencontre à Wicker Park puis Narco, Benjamin Gates puis Joyeux Noël, Inglorious Basterds puis Mr. Nobody, Sans identité puis Pieds nus sur les limaces. 

À cheval entre la superproduction et le film d'auteur, l'industrie hollywoodienne et les premiers films français, Diane Kruger excelle, avec grâce et délicatesse. Attendue dans Les Âmes vagabondes, adapté d'un autre livre de l'auteure de Twilight, elle a ainsi répondu présente à l'appel du comédie Guillaume Galienne pour son premier film, Les garçons et Guillaume, à table ! Prochaine étape : un prix d'interprétation pour couronner sa carrière.

 
0 commentaire - Diane Kruger, l’axe franco-allemand du cinéma
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]