DC à la télé et au cinéma : un multiverse est-il une bonne stratégie ?

DC à la télé et au cinéma : un multiverse est-il une bonne stratégie ?©DR, DR
A lire aussi

Hawoly Ba, publié le 7 février

Cela ne vous aura pas échappé : la Warner est sur tous les fronts côté super-héros. Le studio prépare actuellement l'arrivée sur grand écran d'un nombre impressionnant de films issus de DC Comics, tous liés dans un seul et même univers. En revanche, côté télévision, tous les pions ont déjà été avancés depuis quelques années et les super-héros de l'écurie ont envahi plusieurs chaînes américaines. Problème pour certains : petit et grand écran sont deux chantiers totalement indépendants l'un de l'autre. Comment alors s'y retrouver quand la Warner nous fait voir double ? Petit point sur le DC multiverse.

Deux approches différentes

Si on avait toutes les raisons d'espérer voir un jour les héros des séries Arrow et The Flash rejoindre Ben Affleck et Henry Cavill au cinéma, il apparaît aujourd'hui clair que ce n'est pas le projet du studio. Ce dernier a choisi de se reposer sur une stratégie différente de Marvel. L'écurie de Kevin Feige a en effet construit ces dernières années un univers étendu qui regroupe aussi bien le cinéma que la télévision. Les séries Agents of S.H.I.E.L.D., Agent Carter, Daredevil et Jessica Jones évoluent toutes dans le même espace-temps que les Avengers. Des références à la bataille de New York de la première réunion de Thor et Captain America sont éparpillées ici et là pour bien faire comprendre au spectateur que toutes ces histoires s'ancrent sous le même ciel que les populaires super-héros. La storyline d'Agents of S.H.I.E.L.D. suit même en temps réel celle des derniers Marvel sortis au cinéma. On a donc affaire à un immense et véritable univers étendu qui transcende les deux supports avec plus ou moins de succès d'une oeuvre à l'autre. Et le studio ne compte pas s'arrêter là puisque plusieurs nouvelles séries sont prévues pour les années à venir.

DC a aussi décidé de miser sur l'immensité mais en faisant un choix bien différent : celui du multiverse. Un univers pour la télévision, un autre pour le cinéma. Si Zack Snyder est le véritable penseur côté grand écran puisqu'il est réalisateur de Batman V Superman, de Justice League et qu'il a gardé un oeil sur Suicide Squad, du côté de la petite lucarne, c'est Greg Berlanti qui est la tête pensante. Ce dernier est en effet le créateur et scénariste de The Flash, Arrow, DC's Legends of Tomorrow et Supergirl. Les deux premières ont été fondées autour des aventures de l'Archer vert tandis que les deux autres sont des spin-offs qui ont souvent l'occasion de se rencontrer les uns les autres à travers deux ou trois crossovers chaque année. Supergirl étant diffusée sur une autre chaîne, les choses ont été plus compliquées. Mais cette semaine, on apprenait que la rencontre entre la cousine de Superman et The Flash aurait bien lieu alors que l'on a assisté il y a peu au crossover entre Arrow et Constantine. Deux tours de force impressionnants et qui montrent à quel point l'univers télévisuel fonctionne en totale harmonie.

Comme une rivalité dans l'air ?

La différence entre le modèle Marvel et celui de DC c'est que le premier a beaucoup plus rarement l'occasion de faire appel aux stars des films pour apparaître dans l'une des séries. On a pu voir Jaimie Alexander et Samuel L. Jackson dans la première saison d'Agents of S.H.I.E.L.D. mais mieux vaut ne pas trop compter sur des apparitions surprises de Chris Evans ou Robert Downey Jr.. C'est donc un choix intéressant qu'a fait la Warner en construisant deux univers distincts, moins difficile à lier.

Pourtant, cela n'a pas été une mince affaire au départ. Comme on peut le constater, la Warner a un peu fait le ménage dans ses programmes pour créer un découpage plus net. L'exemple le plus probant étant celui de la Suicide Squad, qui a été au coeur de deux épisodes d'Arrow, mais il semblerait que toute référence au groupe soit en train d'être effacée de la storyline de la série. De plus, on se souvient que Stephen Amell, l'interprète principal d'Arrow, n'était pas pour une telle cassure et soutenait même Grant Gustin, alias Flash, pour prêter ses traits à Barry Allen sur grand écran. L'acteur faisait également souvent part de son désir d'être inclus à la Justice League de Snyder avant de finalement suivre la ligne directrice du studio. Ezra Miller, future star du film The Flash prévu pour 2018, a également expliqué qu'il était pour une telle distinction avant d'ajouter qu'il appréciait la série Flash.

Et justement, l'autre mouvement intelligent de la Warner a été de bien répartir les super-héros. En effet, à l'exception de Flash, qui sera donc sur les deux supports différents, les doublons se feront rare. Bien sûr, on peut se poser la question de savoir où se situe la série Gotham mais étant donné qu'il s'agit d'un préquel de Batman, à l'époque où Bruce Wayne n'est âgé que d'une dizaine d'années, cela ne devrait pas être un problème majeur dans la compréhension de l'univers. On ne saura toutefois si cette tactique est la bonne qu'après avoir découvert l'univers cinématographique de DC. Premier élément de réponse le 23 mars prochain avec l'affrontement entre Batman et Superman.

 
0 commentaire - DC à la télé et au cinéma : un multiverse est-il une bonne stratégie ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]