Claude Miller et Raoul Ruiz : Les adieux aux rois

Claude Miller et Raoul Ruiz : Les adieux aux rois

Thérèse Desqueyroux

A lire aussi

publié le 19 novembre

Pur hasard des calendriers ou vrai coup du destin, les films posthume de Claude Miller et Raoul Ruiz sont attendus la même semaine dans les salles obscures, double enterrement de deux cinéastes incontournables.

Le premier a bouclé Thérèse Desqueyroux avec Audrey Tautou en empoisonneuse lorsqu'il décède en avril 2012 des suites d'une maladie qu'il portait déjà durant le tournage. "Ça a sans doute créé un peu de mélancolie" dira t-il dans l'une de ses dernières interviews. Deux fois en compétition officielle au cours de sa carrière, récompensée par un Prix du jury pour La Classe de neige en 1998, le metteur en scène est mis en lumière par le septième lors d'une cérémonie de clôture dédié à son ultime œuvre, en présence de ses acteurs.

Le fantôme de Raoul Ruiz pèse moins sur Les Lignes de Welington que sur sa femme, Valéria Sarmentio, qui a décidé de reprendre le film en pré-production après le décès du cinéaste en août 2011. "Je savais que je ne pouvais pas faire un film de Ruiz. Impossible. Donc, je me suis efforcée de prendre le film comme je le sentais, tout en respectant les deux ou trois changements que Raúl avait demandés, ainsi que ses choix musicaux." Cette évocation des guerres napoléoniennes avec John Malkovich était considérée par Raoul Ruiz comme une continuation de son film précédent, Mystères de Lisbonne.

Avec ces deux films disparaissent deux hommes de cinéma voisins. Leur cinéma, lui, n'en restera pas moins vivace.

 
0 commentaire - Claude Miller et Raoul Ruiz : Les adieux aux rois
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]