Casse-tête chinois : retrouvailles réussies ou l'épisode de trop ?

Casse-tête chinois : retrouvailles réussies ou l'épisode de trop ?

Casse tete chinois

A lire aussi

publié le 2 décembre

Huit ans après avoir trouvé l'amour dans Les Poupées russes, Xavier revient une troisième fois dans Casse-tête chinois , septième collaboration entre Romain Duris et Cédric Klapisch , son cinéaste fétiche. Xavier a désormais 40 ans, est père de famille et trouve la vie toujours bien compliquée. Lorsque Wendy - avec qui il a eu deux enfants - part s'installer à New York, il ne peut envisager de laisser ses enfants vivre loin de lui. Il part donc pour New York, où l'attend un véritable casse-tête chinois.

Tout commence en 2002 : Cédric Klapisch signe sa comédie melting-pot L'Auberge espagnole où il nous conte l'année erasmus d'un jeune étudiant rêveur. Une quête identitaire pleine de saveurs et portée par un groupe de jeunes comédiens aussi talentueux qu'attachants. Le succès est immédiat : près de trois millions de spectateurs en salles, une presse élogieuse et six nominations aux César pour un film qui a su marquer toute une génération de cinéphiles.

Trois ans plus tard, Klapisch et sa bande remettent le couvert avec Les Poupées russes. Adieu Barcelone, bonjour Londres et Saint-Pétersbourg ! Un nouveau succès pour le réalisateur qui parvient à renouer avec l'esprit de son précédent film tout en offrant à cette suite la fraîcheur nécessaire. La critique reste enthousiaste et le public est ravi de retrouver Xavier, Martine, Isabelle et les autres pour de nouvelles aventures. 

À l'époque déjà, Klapisch évoque la possibilité d'un troisième volet mais veut laisser ses acteurs, comme ses personnages, vieillir. Celui-ci précise d'ailleurs aujourd'hui qu'il n'aurait probablement pas fait ce film si Romain Duris n'avait pas eu d'enfant. Si certains crient déjà à l'épisode de trop - comme il y a peu avec Le Coeur des hommes 3 - le cinéaste réussit pourtant une nouvelle fois son pari. Contrairement au buddy-movie de Marc Esposito, Casse-tête chinois ne se contente pas de faire un copier-coller de ses deux prédécesseurs et parvient à garder la magie intacte. Certes, les ingrédients qui ont fait le succès des premiers volets sont bien là mais Klapisch, loin d'avoir épuisé ses réserves, nous conte une toute autre histoire ici.

Xavier, autrefois ado rêveur puis trentenaire paumé, aborde aujourd'hui la quarantaine avec toujours autant de questions mais en gardant en tête son vécu. C'est donc un personnage bien écrit et mûrement construit qui nous est présenté ici, dans la continuité logique de L'Auberge espagnole et des Poupées russes. Mais surtout, Casse-tête chinois nous permet de retrouver une bande de potes qui, soyons honnêtes, nous a vraiment manqué et avec laquelle on est ravi de partager un bout de chemin supplémentaire... Casse-tête chinois sort ce mercredi dans toute la France.

 
0 commentaire - Casse-tête chinois : retrouvailles réussies ou l'épisode de trop ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]