Boston, ville sulfureuse de cinéma

Boston, ville sulfureuse de cinéma

Boston, ville sulfureuse de cinéma

A lire aussi

publié le 5 septembre

La ville du Massachusetts sert de décor principal au film Monsieur Flynn de Paul Weitz . Inquiétante et électrique, elle a souvent inspiré de grands réalisateurs.

Bien évidemment, Boston n'est pas qu'une ville où la misère se mêle à la pauvreté. Le personnage de Nick Flynn - interprété par Robert De Niro -, un SDF soumis à l'enfer de la rue, ne reflète qu'une partie de la réalité quotidienne. Mais, Boston est, disons-le, un parfait théâtre des réalités, un décor qui permet d'évoquer les vrais sujets de société. Les grands réalisateurs américains l'ont prouvé ces dernières années en tournant au cœur de « l'Athènes de l'Amérique ».

En 2011,John Wells réalise The Company Men, un film sans équivoque sur la crise économique et ses conséquences (l'histoire évoquait le destin de trois hommes qui subissaient un licenciement économique). En 2010, dans The Town , c'est Ben Affleck qui s'empare de la sulfureuse Boston en mettant en scène le quartier de Charleston et ses nombreux gangsters. L'acteur/réalisateur américain avait déjà évoqué les trafics de drogue qui pullulent en ville dans l'excellent Gone Baby Gone. Enfin, impossible de ne pas citer Les Infiltrés, de Martin Scorsese , qui met en scène la lutte terrible entre la police de Boston et la pègre irlandaise, ou l'incontournable Malcolm X, de Spike Lee , qui décrit l'ambiance de la ville durant la Seconde Guerre mondiale. Boston et le cinéma : un lien historique qui n'est pas prêt de se briser !

 
0 commentaire - Boston, ville sulfureuse de cinéma
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]