Berlinale : l'Iranien Jafar Panahi remporte l'Ours d'or

Berlinale : l'Iranien Jafar Panahi remporte l'Ours d'or

Jafar Panahi

A lire aussi

publié le 16 février

Le 65ème Festival du Film de Berlin s'est achevé ce week-end, après avoir couronné de l'Ours d'or le drame iranien de Jafar Panahi, Taxi. Une récompense hautement symbolique, alors que le cinéaste a l'interdiction de s'exprimer en public, de réaliser des films dans son pays, et de voyager à l'étranger. 

Le jury de Darren Aronofsky a délivré un message fort à la communauté internationale ce samedi en offrant le prix le plus prestigieux de la Berlinale à Jafar Panahi. Ce dernier étant dans l'impossibilité de se rendre sur place, c'est sa nièce, émue aux larmes, qui est venue récupérer l'Ours d'or. "Plutôt que de laisser détruire son esprit et d'abandonner, plutôt que de se laisser envahir par la colère et la frustration, Jafar Panahi a écrit une lettre d'amour au cinéma", a déclaré le président du Jury pour présenter le lauréat suprême de cette 65ème édition.

Tourné clandestinement, Taxi dresse un portrait affûté de la société iranienne à travers le regard de son chauffeur et cinéaste. Grand habitué des cérémonies internationales, Jafar Panahi a déjà été plusieurs fois récompensé à Berlin, lui qui a reçu le Grand Prix du Jury en 2006 pour Hors jeu et l'Ours d'argent du meilleur scénario en 2009 pour Closed Curtain. 

Pour le reste du palmarès, notons que l'Ours d'argent a récompensé ex-aecquo le Roumain Radu Jude pour le western Aferim et la Polonaise Malgorzata Szumowska pour le drame Body. Le Chilien Pablo Larrain est quant à lui reparti avec le Grand Prix du Jury pour The Club, un drame sur l'expiation des péchés. Charlotte Rampling et Tom Courtenay ont eux remporté les prix d'interprétation pour leurs performances dans 45 Years d'Andrew Haigh

Crédit photo : Kanibal films Distribution

 
1 commentaire - Berlinale : l'Iranien Jafar Panahi remporte l'Ours d'or
  • avatar
    robesp -

    Un prix décerné par une organisation occidentale à un dissident Iranien, c'est comme autrefois un prix décerné à un dissident soviétique (ou d'un autre pays progressiste), par ces mêmes organisations...de la pure propagande politique de la part de laquais des gouvernements fascistes édulcorés...comme les 28 de l'UE sauf , actuellement, la Grèce...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]