Auto-remake : Quand les réalisateurs refont leur propre film

Auto-remake : Quand les réalisateurs refont leur propre film

The Grudge

A lire aussi

publié le 2 novembre

Mode ou blasphère, le remake continue de se répandre dans le cinéma pour abolir les frontières et les sous-titres. Plus rare, la formule du metteur en scène qui réalise le remake de son propre film est une vraie curiosité. Alors que Tim Burton livre la version longue et animée de son Frankenweenie, panorama des exemples les plus saisissants.

Lors du boom du film fantastique asiatique, Takashi Shimizu a réalisé la version hollywoodienne de son film The Grudge avec Sarah Michelle "Buffy" Gellar dans le premier rôle. Avec une note intéressante : l'histoire est filmée au Japon et suit une Américaine confrontée à un fantôme nippon. Moins direct, Hideo Nakata réalise la suite du remake de son film Ring avec Naomi Watts en 2005, six ans après sa suite Ring 2 qui n'a rien à voir.

Car le remake n'est pas un long fleuve tranquille. La Française Lisa Azuelos a ainsi rencontré un échec retentissant des deux côtés de l'Atlantique avec la version américaine de LOL, avec Demi Moore à la place de Sophie Marceau. Une catastrophe qui devra être évitée par Ken Scott, qui tourne le remake de son film Starbuck, intitulé The Delivery Man, avec Vince Vaughn. Mais le plus incroyable reste Eric Van Looy qui a réalisé le remake américain de son film Loft avec le même Matthias Schoenaerts, après avoir collaboré à la version allemande entre temps. La preuve qu'un cinéaste peut être fou amoureux de son bébé.

 
0 commentaire - Auto-remake : Quand les réalisateurs refont leur propre film
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]